Fillon veut fermer l'adoption plénière aux couples homosexuels

le
2
FRANÇOIS FILLON VEUT REVENIR SUR L'ADOPTION PLÉNIÈRE POUR LES COUPLES HOMOSEXUELS
FRANÇOIS FILLON VEUT REVENIR SUR L'ADOPTION PLÉNIÈRE POUR LES COUPLES HOMOSEXUELS

PARIS (Reuters) - François Fillon, candidat à l'investiture à droite pour l'élection présidentielle de 2017, affirme dans La Croix sa volonté de réécrire la loi Taubira afin de fermer l'adoption plénière aux couples homosexuels.

La position de l'ancien Premier ministre est singulière dans la campagne pour la primaire où les partisans de l'abrogation de la loi Taubira, comme Hervé Mariton, s'opposent aux partisans du statu quo, tel Alain Juppé qui avait surpris en novembre 2014 en annonçant sa conversion, dans une interview aux Inrockuptibles, à l'adoption pour les couples homosexuels.

"Je pense qu’il est souhaitable qu’un enfant ait, autant que possible, un père et une mère. Je sais que le monde d’aujourd’hui amène à une grande diversité de situations. Je sais aussi que des couples homosexuels accueillent des enfants avec amour", explique François Fillon dans un entretien à La Croix à paraître jeudi.

"Mais il ne me paraît pas légitime que la loi permette de considérer qu’un enfant est fils ou fille, de manière exclusive, de deux parents du même sexe. Sa filiation au sens biologique du terme à l’égard d’un père et d’une mère ne doit donc plus pouvoir être effacée par une adoption plénière", ajoute-t-il.

François Fillon, qui a rencontré cette semaine les représentants de Sens commun, courant des Républicains issu de La Manif pour tous, en vue de la présentation de ses propositions pour la famille jeudi, souhaite donc "une réécriture de la loi Taubira sur ce point, en concertation avec toutes les associations concernées".

LE REVIREMENT DE SARKOZY

Il n'est en revanche pas contre le maintien des adoptions simples pour les parents de même sexe. Dans une adoption simple, l'enfant adopté conserve tous ses liens avec sa famille d'origine; dans une adoption plénière, une nouvelle filiation remplace l'originelle.

Dans un revirement qualifié de "parjure" par Hervé Mariton, Nicolas Sarkozy avait annoncé en janvier dernier dans son livre "La France pour la vie" qu'il renonçait, dans un souci d'apaisement, à son engagement de réécrire la loi promulguée en mai 2013 à la suite de longs mois de contestation.

Il avait même évoqué en novembre 2014 l'abrogation pure et simple de la loi devant Sens commun, qui a signifié depuis qu'il ne soutiendrait pas "la candidature de personnalités politiques qui ne tiennent pas leurs engagements jusqu'au bout".

"Après mûre réflexion", Alain Juppé, favori de la primaire à droite, avait annoncé en novembre 2014 être désormais "favorable à l'adoption par un couple de même sexe, après qu'on aura vérifié, comme c'est le cas pour les couples hétérosexuels, que les conditions d'épanouissement de l'enfant sont réunies."

"Il peut exister des cas où un enfant peut trouver dans un couple de deux hommes ou de deux femmes des conditions d'épanouissement personnel parfaitement acceptables", justifiait-il dans Les Inrockuptibles.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 il y a 7 mois

    oui mais l'éducation est un "exemple" pour les jeunes, donc l'homosexualité est partiale !

  • jbany il y a 7 mois

    Il n'y a rien de biologique dans l'adoption. Il y a un enfant qui a besoin d'aide pour se développer et des hommes et des femmes pour y répondre. La filiation est un lien administratif qui privilegie une présonne en vue d'héritage. .