Fillon-Juppé, le duel des politiques du logement

le
5

Dans la dernière ligne droite de la primaire de la droite et du centre, gros plan sur la manière dont François Fillon et Alain Juppé comptent mener le chantier de la politique du logement: encadrement des loyers, aides, fiscalité...

S’ils se retrouvent clairement sur leur volonté d’abroger la loi Alur et de mettre fin à l’encadrement des loyers en particulier, François Fillon et Alain Juppé apportent tous deux des nuances et approches sensiblement différentes sur de nombreux point.

Fiscalité. François Fillon milite notamment pour une baisse des droits de mutation (souvent nommés à tort frais de notaire) ainsi que pour un retour à l’exonération de taxes sur les plus-values après 15 ans. Il propose par ailleurs de donner une perspective fiscale claire pour son quinquennat dès l’été 2017, histoire de permettre une visibilité à long terme. De son côté, Alain Juppé propose une baisse globale de la fiscalité pour les particuliers sans promesse spécifique pour le secteur de l’immobilier. Il milite notamment pour la suppression de l’ISF.

Construction de logements neufs. Plutôt que de s’en tenir à un objectif global de 500.000 constructions de logements par an, Alain Juppé estime qu’il faut se fixer des objectifs géographiques beaucoup plus clairs et précis. Un point de vue que partage François Fillon qui estime que pour doper la construction il faudrait notamment réduire et simplifier les normes qui étouffent les constructeurs et les collectivités locales. Il s’interroge notamment sur l’utilité de créer un parking pour chaque nouveau logement.

Investissement locatif. François Fillon souhaite conserver un dispositif fiscal incitatif de type Pinel mais il s’appuierait sur un amortissement de longue durée, entre 20 et 30 ans. Il est par ailleurs favorable à l’instauration d’un statut de bailleur privé et de «toutes les mesures qui peuvent conduire à la création d’un marché tonique et équitable». En pointe sur la défense du bailleur privé, Alain Juppé estime que la création de ce statut est fondamentale. Il faut selon lui redonner confiance aux investisseurs et «arrêter de les stigmatiser ou de considérer qu’ils profitent et abusent les locataires». Il souhaite refondre le contrat locatif et permettre en cas de différend locataire/propriétaire des procédures courtes, justes et appliquées. Et si l’État décide de ne pas mettre en œuvre l’expulsion, il devrait couvrir le préjudice du propriétaire. Il propose par ailleurs de maintenir en l’état le dispositif Pinel.

Aides à la pierre. Alain Juppé pense qu’il est temps de renforcer ces aides à la pierre plutôt que les aides à la personne tandis que François Fillon souligne que la TVA à taux réduit est un dispositif important mais qu’il ne faut pas compenser les déficiences du marché «par une fuite en avant avec des aides générant souvent des effets aubaines».

Accession à la propriété. Pour François Fillon, le Prêt à taux zéro dans sa nouvelle version devrait être réservé à l’accession uniquement pour les logements neufs, sauf en zone rurale. Il propose par ailleurs de créer un bail homologué à loyer modéré pour faire le pont entre le logement social et le locatif privé. De son côté Alain Juppé compte maintenir le PTZ en l’état.

Logements sociaux. Alain Juppé propose de maintenir l’obligation de logements sociaux dans les secteurs tendus mais souhaite abroger celle qui touche les zones détendues et génère des quantités importantes de HLM qui restent vacantes. Il estime indispensable d’instaurer un seuil maximal de logements sociaux de 40%. François Fillon pense lui aussi qu’il est important d’inciter les communes à rester sous ce seuil de 40% de logements sociaux pour les nouvelles constructions pour éviter de créer «des ghettos urbains sans mixité sociale». Il veut par ailleurs faire évoluer le processus d’attribution de ces logements sociaux pour réduire le plafond de ressources et déclencher le paiement de «surloyers» quand les occupants voient leurs revenus dépasser ces plafonds.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 3 semaines

    par contre si quelqu'un sait ce qu'est "un statut du bailleur privé", ça nous interesse

  • sibile il y a 3 semaines

    exonérer les plus values immobilières de taxation à partir de 15 ans de détention au lieu de 30 ans, ça fait une très grosse différence

  • kram123 il y a 3 semaines

    La vrai question est que faire pour ceux qui ont de l'argent pour construire pour ceux qui n'en n'ont pas. Même mam préférerai acheter des aparts en Tunisie plutôt qu'en france

  • kram123 il y a 3 semaines

    Cest dingue à force de parier sur des chevaux à 60 contre 1. Vous pensez reeelement que cest rentable

  • TITI0107 il y a 3 semaines

    Rien de révolutionnaire.. Il est marrant de constater qu'au niveau immobilier (qui est le 1er poste de dépenses des -45ans) il n'y a pratiquement aucune différence entre la droite et la gauche..