Fillon attend la CGT de pied ferme

le
1
La CGT bloque l'accès au centre de retraitement des déchets de Fos-sur-Mer en juin 2016 pour protester contre la loi travail.
La CGT bloque l'accès au centre de retraitement des déchets de Fos-sur-Mer en juin 2016 pour protester contre la loi travail.

Au lendemain du débat qui l'a opposé à Alain Juppé, François Fillon était invité sur RTL ce vendredi 25 novembre. Il a assuré que la CGT « n'a jamais bloqué la France », dénonçant « une façon de parler qui aboutit à décourager la France de faire des réformes ». « C'est juste faux », a-t-il asséné. Les terminaux pétroliers bloqués ? « On leur a envoyé les gendarmes, et les terminaux pétroliers ont été débloqués en 48 heures. » La circulation des trains ? « Il y a eu des perturbations, mais dire que la France a été bloquée, c'est absurde, ce n'est pas sérieux. »

Une déclaration qu'appréciera sûrement son challenger Alain Juppé, qui, en 1995, était resté longtemps « droit dans ses bottes » face à un mouvement d'une ampleur sans précédent depuis 1968. Avant de renoncer à supprimer les régimes spéciaux de retraite.

Certes, selon le désormais favori du scrutin de dimanche, la CGT « reste accrochée à des dogmes », alors que la CFDT évolue vers une forme de progressisme ». Mais « les syndicats sont faibles par eux-mêmes, ils sont faibles par leur comportement, ils sont faibles par le fait qu'ils ont peu d'adhérents, par le fait que les Français ne sont pas séduits, ne sont pas convaincus », a également souligné François Fillon. « Moi, je préférerais qu'ils soient plus puissants. Je préférerais qu'il y ait une grande ou deux grandes organisations syndicales...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a un mois

    CGT le dernier bataillon communiste petits enfants de Staline et de l'urss dont plus personne ne veut et qui reste une des minorités révolutionnaires à fins dictatoriales.