Fillon appelle Hollande à avoir une "réaction majeure"

le
7
FILLON APPELLE HOLLANDE À AVOIR UNE "RÉACTION MAJEURE"
FILLON APPELLE HOLLANDE À AVOIR UNE "RÉACTION MAJEURE"

PARIS (Reuters) - François Hollande ne peut plus continuer comme si de rien n'était et doit avoir le courage soit de changer de politique, soit de dissoudre l'Assemblée nationale, soit de démissionner, a déclaré dimanche François Fillon.

Lors d'un discours au campus des Jeunes Populaires de l'UMP, à La Baule, l'ancien Premier ministre a estimé que le chef de l'Etat "entraîne la France dans son KO" et la replonge "dans les errements de la IVème République".

"Monsieur le Président, vous seul pouvez maintenant sauver la situation: choisissez la carte du courage", a-t-il lancé à l'adresse du chef de l'Etat, confronté à une succession de crises et une impopularité record.

Pour François Fillon, tout tient désormais "au fil de la conscience" de François Hollande, qui peut encore "sauver l'honneur perdu" d'un quinquennat.

"Tout milite pour une réaction majeure au plus haut niveau, mais là haut, y a t-il encore vraiment un chef d'Etat qui puisse être entendu, cru, suivi ?", a-t-il demandé.

"Qu'il regarde autour de lui: tout est écroulé. Il n'y a qu'un immense vide. Mais il peut encore rendre un service au pays et lui dire :' aidez moi, je me suis trompé'".

"Changement complet de politique, dissolution, démission : libre au Président de choisir une porte de sortie, mais en toute hypothèse, il ne peut plus continuer son petit bonhomme de chemin comme si de rien n'était, comme si la désillusion du

peuple n'était qu'anecdotique", a-t-il ajouté.

Alors qu'il se prononçait contre une éventuelle cohabitation fin août, l'ancien Premier ministre estime désormais que l'opposition doit se préparer à toutes les options.

Il exhorte également son parti à bâtir un "projet radical, ciblé sur la croissance et l'emploi".

"Avec plus de 5 millions de personnes au chômage total ou partiel, avec 0% de croissance, il faut rompre avec les logiques du passé", a-t-il dit, proposant notamment de sortir des 35 heures et de refonder le code du travail.

(Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • AMOUR123 le lundi 8 sept 2014 à 09:44

    Bonjour knbskin, tout à fait d'accord avec l'argumentation. Par contre j'avancerais la date de dissolution au printemps 2015 car à mon avis plus propice à une carbonisation de la droite en 2 ans, façon Chirac par le miteux en 1986. Ensuite difficile d'imaginer que Pépère puisse tenir un an sans dissolution dans le contexte délétère actuel qui ne fait que se dégrader chaque semaine davantage... Dans ce domaine les dernières semaines marquent une accélération digne d'un finish de 800 mètres.

  • knbskin le lundi 8 sept 2014 à 09:23

    .../... Rétro-planning : Pépère a besoin de 6 mois de campagne dans le mécontentement ambiant (à partir de novembre 2016), le gouvernement de cohabitation a besoin de 9-12 mois pour engager des réformes efficaces mais impopulaires et qu'elles montrent leurs premiers effets négatifs (mars 2016) et il faut 2 mois pour dissoudre / réélire l'Assemblée. Date d'annonce de dissolution : décembre 2015-janvier 2016 :D

  • knbskin le lundi 8 sept 2014 à 09:19

    Pépère dissoudra quand ça lui paraîtra opportun ... A aavoir assez tôt pour qu'un éventuel gouvernement d'opposition puisse engager des réformes sérieuses, mais assez tard pour qu'elles ne puissent pas porter leurs fruits en 2017, et qu'il puisse se présenter en sauveur en 2017 .../...f

  • knbskin le lundi 8 sept 2014 à 09:16

    Fillon est comme Bayrou ... Ce qu'il dit n'est pas idiot, mais il semble avoir un problème pour passer à l'action ! :D

  • paspad le dimanche 7 sept 2014 à 17:51

    le seul courage serait de démissionner, mais il a toujours été un calculateur, un attentiste et un opportuniste, alors la démission, je n(y crois pas une seconde ......... à moins que les Français !!

  • muck12 le dimanche 7 sept 2014 à 15:50

    rigolo

  • LeRaleur le dimanche 7 sept 2014 à 15:49

    La réaction majeure, se démettre et laisser la place à un véritable Président. Pas à un g*u*i*g*n*ol.