Femmes et jeunes ont toujours des emplois plus précaires

le
1
PLUS DE PRÉCARITÉ DE L'EMPLOI CHEZ LES FEMMES ET LES JEUNES
PLUS DE PRÉCARITÉ DE L'EMPLOI CHEZ LES FEMMES ET LES JEUNES

PARIS (Reuters) - L'emploi était toujours plus précaire en 2014 pour les femmes et les jeunes de 15-24 ans, plus affectés par le temps partiel et par des types de contrats non pérennes, selon des chiffres publiés mercredi par l'Insee.

La "photographie du marché du travail en 2014" montre un renforcement accru du secteur tertiaire, dans lequel travaillent 76,9% des actifs occupés (+0,7 point par rapport à 2013) et près de neuf femmes sur dix (88,3%) contre 66,3% des hommes.

Le secteur tertiaire compte pour plus de 90% des emplois à temps partiel en France et sa progression s'accompagne d'une hausse presque aussi importante du total de l'emploi à temps partiel, qui concerne 18,9% des actifs occupés (+0,5 point) pour une moyenne hebdomadaire de 23 heures.

Parmi eux, les femmes sont sur-représentées : 30,8% d'entre elles (+0,2 point) travaillaient à temps partiel en 2014 contre seulement 7,8% des hommes. Le temps partiel augmente aussi fortement chez les 15-24 ans avec 24,7% d'entre eux concernés (+1,0 point sur un an).

La précarité des femmes et des jeunes se manifeste aussi dans la nature des contrats. Si 8,6% des salariés au total étaient en 2014 à contrat à durée déterminée, c'était le cas de 10,7% des femmes contre 6,7% des hommes, et de 29,3% des jeunes.

Et leur part augmente plus vite chez les femmes (+0,2 point) et les jeunes (+1,0) sur un an que chez les hommes (+0,1).

Le taux de contrats à durée indéterminée est certes plus élevé chez les femmes - 78,8% contre 74,2% chez les hommes - mais s'explique notamment par un taux d'emploi non salarié nettement plus important chez les seconds (14,7% contre 8,1%).

(Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mercredi 28 oct 2015 à 08:21

    hommes aussi; sauf les fonctionnaires dont le privilège est payé par la collectivité , y compris à venir à cause de la dette de 2000 Mds