Fédorovski et le malentendu de la révolution russe

le
0
Révolution bolchévique de février 1917
Révolution bolchévique de février 1917

« Il y avait un désir de vivre dans le mensonge », « les rédactions ont été envahies par les partisans de Tolstoï » : les 100 ans de la révolution en Russie approchent. L'auteur du Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg, Vladimir Fédorovski, propose un éclairage nouveau sur cet événement. Selon lui, un grand malentendu persiste quant à cette période historique. Le chroniqueur rappelle que la révolution comporte deux épisodes bien distincts : d'abord la fin du régime tsariste en février 1917 puis le coup d'État bolchevique un peu plus tard dans la même année, en octobre.

Si la révolution en Russie apparaît inévitable dans les livres d'histoire, Vladimir Fédorovski conteste cette version des faits. D'après son enquête, le pays a un taux de croissance très élevé à la veille des événements. Et au-delà des considérations économiques, l'auteur rappelle qu'il s'agit d'une période d'épanouissement « extraordinaire », aussi bien en littérature que dans les arts. Tchekhov, Tolstoï, Stravinski, Malevitch, le chroniqueur s'appuie sur ces grands noms pour développer son argumentation. En offrant une nouvelle lecture de la révolution, Vladimir Fédorovski propose en fait de « réfléchir à ce qui se passe aujourd'hui, en Russie ou ailleurs, pour éviter le suicide collectif des nations ».

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant