Face à la tornade Sarkozy, les autres candidats feront le dos rond

le
0
Nicolas Sarkozy, officiellement candidat à la primaire de la droite pour 2017, au siège des Républicains.  
Nicolas Sarkozy, officiellement candidat à la primaire de la droite pour 2017, au siège des Républicains.  

Depuis quelques jours, la galaxie sarkozyste ne cesse de le répéter, pas peu fière de sa trouvaille sémantique qui claque à l'oreille : le début de campagne de l'ex-chef de l'État sera un véritable « blast » ! En d'autres termes, un grand effet de souffle médiatique, censé tout emporter sur son passage et balayer ses concurrents à l'investiture. Mercredi au 20 heures de TF1, jeudi en meeting à Châteaurenard, puis au campus des jeunes Républicains au Touquet? Nicolas Sarkozy promet d'être partout, au moins ces dix prochains jours.

Dans les équipes des autres candidats à la primaire, personne ne s'étonne de la stratégie adoptée par le désormais ancien patron des Républicains. « Il n'y a rien qui relève de la surprise dans cette affaire. C'est une habitude chez lui, tout le monde a compris très tôt qu'il monopoliserait l'attention et qu'il ferait campagne avec des positions extrêmement prononcées sur les questions identitaires », confie Édouard Philippe, porte-parole et fidèle lieutenant d'Alain Juppé. Mais alors, comment réagir ? Faut-il contre-attaquer ou faire le dos rond ? Là encore, les staffs de ses adversaires sont sur la même ligne : assister au spectacle, en espérant voir Sarkozy se cramer.

La surmédiatisation : l'épée à double tranchant

Comme l'on pouvait s'y attendre, Alain Juppé ne bougera pas d'un iota. Le favori des sondages dans la bataille pour l'investiture, plutôt...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant