Fabius raconte son Quai d'Orsay

le
0
Laurent Fabius avait reçu Le Point pour évoquer son action et celle du président de la République dans le domaine des Affaires étrangères.
Laurent Fabius avait reçu Le Point pour évoquer son action et celle du président de la République dans le domaine des Affaires étrangères.

Le Point : Avant même son élection, François Hollande vous avait-il confié déjà quelques missions diplomatiques ?

Laurent Fabius : Oui. Quand il a été désigné candidat du parti, il m'a appelé et m'a demandé : « Qu'est-ce que tu veux faire ? » Je lui ai dit : « La seule chose qui m'intéresse, c'est l'international. » À partir de ce moment-là, j'ai fait un petit tour du monde pour aller voir un certain nombre de pays. J'en connaissais, en général, les responsables. Et sans qu'il y ait déposition chez notaire, il était acquis que c'était là où je pouvais m'investir pour l'après. Donc, il n'y a pas eu de surprise. Ou peut-être pour certains qui auraient souhaité y être, mais pour moi, il n'y en avait pas dès lors qu'on gagnait.

Vous pensez à Pierre Moscovici ?

Non, non... Il y avait beaucoup de monde. C'est un poste qui intéresse beaucoup.

Aviez-vous déjà esquissé quelques options stratégiques majeures à ce moment-là ?

Oui, mais déjà au PS, j'étais responsable de ces questions. Nous avions fait une convention internationale animée par Cambadélis et moi-même. Les quatre priorités que nous avons choisies avec François Hollande étaient déjà dans ma tête avant. Primo, paix et sécurité. Deuxio, planète,...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant