EXCLUSIF. Les notes d'un expert-comptable qui contredisent Lavrilleux

le
1
Jérôme Lavrilleux.
Jérôme Lavrilleux.

Dans son long plaidoyer larmoyant, Jérôme Lavrilleux, l'aide de camp de Jean-François Copé à l'UMP, avait affirmé pour justifier la prise en charge par l'UMP d'une partie des frais du candidat Nicolas Sarkozy en 2012 que le compte de campagne explosait et qu'il fallait donc trouver des "solutions". Ainsi surgit l'idée d'une double facturation. Une explication également avancée par Bygmalion pour justifier les factures exorbitantes de ses prestations. Alors que la loi sépare bien les comptes du candidat et ceux de son parti, l'idée aurait ainsi germé de faire prendre en charge par l'UMP via Bygmalion le surcoût prévisionnel des frais à engager pour faire élire le président sortant. Cette démonstration, si elle est séduisante pour ceux qui redoutent un retour de Nicolas Sarkozy, triumvirat en tête - ne résiste pas aux données chiffrées établies par Pierre Godet, l'expert-comptable signataire du compte de campagne pour l'Association de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy 2012 (AFCNS 2012).Dans deux notes, récupérées par la financière de Nanterre et que Le Point.fr a pu consulter, le commissaire aux comptes, ancien du cabinet PwC, a effectivement adressé une mise en garde sur l'évolution des dépenses de campagne, l'une le 7 mars et l'autre le 26 avril, mais elles ne sont pas aussi alarmistes que le prétend l'homme-lige de l'ex-président de l'UMP. Surtout, l'expert-comptable recommande des solutions légales pour éviter un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • abbayede le vendredi 20 juin 2014 à 16:19

    Caramba ! Encore manqué !Appartement de la Jatte, Clearstream 2, Bettencourt, Karachi, Bygmalion largement à côté de la cible.