EXCLUSIF. Intrusion dans la chambre de François Hollande à Cuba

le , mis à jour le
0
François Hollande lors de sa visite à Cuba, photo d'illustration.
François Hollande lors de sa visite à Cuba, photo d'illustration.

L'information a été confirmée au Point par la délégation française à La Havane. Dimanche après-midi, quelques heures avant que François Hollande ne s'installe dans sa suite de l'hôtel Nacional, un luxueux cinq étoiles en bord de mer, un Français a réussi à échapper à la vigilance de la sécurité cubaine et du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR). Il s'est installé quelques instants dans la chambre du président de la République.

C'est une première, selon les spécialistes de la garde rapprochée des présidents. "Sous Mitterrand, Chirac ou Sarkozy, cela n'est jamais arrivé. Ni à leurs Premiers ministres", assure l'un d'entre eux. "Des vols dans les chambres des délégations présidentielles françaises, oui, mais dans la suite du président, jamais. Elle est sanctuarisée en amont", précise un autre.

De fait, lors d'une visite du chef de l'État à l'étranger, une équipe de précurseurs du GSPR sécurise le parcours et l'hébergement du président. Si les officiers étrangers sont chargés de la sûreté extérieure de la visite, le GSPR est censé protéger les lieux où le chef de l'État s'installe.

Un pays à risque

"Jusqu'à l'arrivée de Sophie Hatt, l'actuelle patronne du GSPR, la procédure était la suivante : la suite présidentielle était gardée par des fonctionnaires jusqu'à l'arrivée du président. Ensuite, une fois le chef de l'État installé dans sa chambre, les policiers en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant