EXCLUSIF. Grotte Chauvet, les vraies raisons du pacte secret

le
1
Christian Hillaire, Éliette Brunel-Deschamps et Jean-Marie Chauvet, le 19 janvier 1995.
Christian Hillaire, Éliette Brunel-Deschamps et Jean-Marie Chauvet, le 19 janvier 1995.

Depuis les révélations publiques des trois spéléologues Michel Rosa, Michel Chabaud et Daniel André, c'est la panique. Les conditions de la découverte de la grotte Chauvet n'ont jamais été aussi floues. Les trois hommes devraient d'ailleurs s'exprimer aujourd'hui. En attendant, Pascal Terrasse, député PS de l'Ardèche, a suspendu les négociations financières qui devaient indemniser Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel-Deschamps et Christian Hillaire, les trois "inventeurs" (c'est le terme juridique) de la grotte. Ce trio devait être financièrement associé à l'exploitation du musée-réplique qui est en cours de construction à quelques encablures du site originel. La région espère de grandes retombées économiques autour de ce projet. "Je suis obligé de suspendre les discussions. Je ne peux pas négocier avec des gens qui ne seraient pas les inventeurs", s'agace le député, également président du syndicat mixte de la caverne du Pont-d'Arc. L'élu s'apprêtait à annoncer cette semaine - en compagnie de Fleur Pellerin - la clôture de ce dossier long et complexe, qu'il traîne comme un fardeau depuis des années. Il lui faudra éclaircir quelques points avant de pouvoir reprendre les négociations. Il lui faut déterminer qui est inventeur de la grotte et qui ne l'est pas. Seule certitude : soit ils sont trop nombreux, soit ils ne sont pas assez. Mais ils ne sont pas trois. Le déroulement de la journée du 18 décembre 1994 donne de précieuses...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 15 déc 2014 à 12:55

    On me met au défi de faire circuler ce texte ! Qui va quitter la France ? Pour les Français, le train de l'Histoire arrive PEU à PEU à son terminus. C’est fini. Il faut ramasser ses bagages et se préparer à descendre. Quand la Seine Saint-Denis a commencé à pourrir, les Français de souche ont quitté la Seine Saint-Denis, transformée depuis en coupe-gorge. De la même manière, ils quittent Lille, Marseille, Roubaix, les quartiers nord de Paris.