Européennes - Henri Guaino : "L'UMP ne doit pas être une prison"

le
1
M. Lamassoure incarne une idée de l'Europe dont plus personne ne veut, explique le député UMP Henri Guaino, qui s'était opposé au Traité de Maastricht en 1992.
M. Lamassoure incarne une idée de l'Europe dont plus personne ne veut, explique le député UMP Henri Guaino, qui s'était opposé au Traité de Maastricht en 1992.

"Je ne quitterai pas l'UMP, même si aujourd'hui ce parti ressemble au PC des années 1950, car on m'interdit de parler !" Non, Henri Guaino n'a pas l'intention de prendre la porte comme le lui ont conseillé le patron de l'UMP Jean-François Copé et le maire de Bordeaux Alain Juppé. Son crime ? Clamer qu'il ne votera pas pour la tête de liste UMP d'Ile-de-France Alain Lamassoure aux élections européennes le 25 mai. "M. Lamassoure incarne une idée de l'Europe qui est l'Europe d'aujourd'hui, dont plus personne ne veut. En tout cas, moi je ne veux plus", explique cet ancien proche de Philippe Seguin opposé au Traité de Maastricht en 1992. "Mon pays passe avant mon parti"L'outrage proféré par Guaino a provoqué l'ire de Juppé et Copé qui, ces derniers temps, assurent tant bien que mal que les dissensions internes sur l'Europe appartiennent au passé. "Quand on est à ce point en désaccord avec son propre parti politique, la dignité la plus élémentaire, c'est d'en tirer les conséquences" et de le quitter, a martelé dimanche soir Alain Juppé. "Alain Juppé a raison", a renchéri lundi matin le patron de l'UMP Jean-François Copé. Attaqué, l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy rend coup pour coup. "N'en déplaise à M. Juppé et M. Copé, un parti politique ne doit être ni une caserne, ni une prison, ni un couvent !" affirme-t-il au Point.fr. Et de poursuivre : "Un parti ouvert, c'est un parti dans lequel on peut dire non. Je ne m'interdirai jamais...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcsim5 le mardi 13 mai 2014 à 09:15

    NOUVEAU!!! Depuis le 1er avril 2014, le vote blanc est comptabilisé (loi du 21 février 2014) : " Les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal. Ils n'entrent pas en compte pour la détermination des suffrages exprimés, mais il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins. Une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc. ".....A cet égard, les prochaines élections européennes seront une première.....