Euro 2016 - Hooligans : les effroyables images des affrontements

le
0

« C'est un miracle qu'il n'y ait pas eu de morts. » Cette confidence d'un policier marseillais témoigne de la violence des affrontements qui ont agité la cité phocéenne samedi 11 juin. Un supporteur anglais est d'ailleurs hospitalisé actuellement dans un état critique après avoir reçu des coups de barre de fer, vraisemblablement à la tête, de la part de supporteurs russes.

Les incidents qui ont éclaté samedi près du stade Vélodrome, où étaient rassemblés des centaines de fans de foot, à une heure du coup d'envoi du match Angleterre-Russie de l'Euro 2016, ont été suivis de mouvements de foule lorsque les forces de l'ordre ont fait usage de grenades lacrymogènes et utilisé un canon à eau pour disperser les grappes de supporteurs. Certains ont continué à se battre sur le rond-point du Prado et jusque dans le métro. D'autres violences ont éclaté un peu plus tard dans le centre de Marseille. Notamment dans les rues marchandes derrière le port. Plus de 250 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour faire face à ces brusques montées de fièvre.

Si la mort accidentelle d'un supporteur irlandais en état d'ébriété, à Nice, le lendemain, n'est pas directement imputable aux face à face de groupes de hooligans, qui ont également perturbé la journée de dimanche, c'est un véritable climat d'émeutes que viennent de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant