États-Unis : pour ses exécutions, l'Oklahoma veut le retour de la chambre à gaz

le
0
Ancienne chambre à gaz du pénitencier du Nouveau-Mexique (photo d'illustration).
Ancienne chambre à gaz du pénitencier du Nouveau-Mexique (photo d'illustration).

L'État de l'Oklahoma va-t-il construire une chambre à gaz ? Après plusieurs exécutions ratées, très douloureuses pour les condamnés à la peine capitale, victimes d'une longue agonie, les autorités viennent de voter cette décision à l'unanimité. Cette méthode d'exécution a pourtant été abandonnée partout aux États-Unis en 1994, car elle était jugée très douloureuse. Certains États l'utilisaient auparavant, depuis les années 1920.

La technique envisagée serait différente de l'époque puisque les autorités de l'Oklahoma ont voté, toujours à l'unanimité, un texte autorisant à faire inhaler de l'azote sans oxygène. Une technique utilisée jusqu'ici... uniquement sur les animaux. Pour les condamnés exécutés au cours du XXe siècle dans les chambres à gaz américaines, du cyanure d'hydrogène était utilisé. "L'inhalation d'azote est reconnue comme l'une des méthodes les plus humaines pour appliquer les sentences", a soutenu le sénateur républicain Anthony Sykes.

Un masque et un sac sur la tête

Avec cette méthode, a précisé le représentant de l'État Mike Christian, lui aussi républicain, la construction de la chambre, estimée à 300 000 dollars, ne serait peut-être même pas nécessaire. Puisque l'azote compose 80 % de l'atmosphère et qu'il est asphyxiant en l'absence d'oxygène, seuls un masque et un sac sur la tête du condamné seraient nécessaires, selon l'élu. "On n'aurait même pas besoin de docteur, a-t-il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant