États-Unis : les républicains en pleine déconfiture

le
0
Le 25 septembre, John Boehner annonce qu'il démissionne du poste de speaker de la Chambre. Depuis, aucun candidat n'a souhaité briguer l'un des postes les plus prestigieux à Washington.
Le 25 septembre, John Boehner annonce qu'il démissionne du poste de speaker de la Chambre. Depuis, aucun candidat n'a souhaité briguer l'un des postes les plus prestigieux à Washington.

En 2014, les républicains étaient sortis triomphants des législatives, reprenant le Sénat et consolidant leur position à la Chambre des représentants avec la plus grosse majorité depuis les années 1920. Moins d'un an plus tard, ils sont au bord de l'implosion. Une quarantaine d'ultra-conservateurs a plongé la Chambre dans la crise en poussant le speaker John Boehner à la démission le mois dernier. À la stupéfaction générale, Boehner, qui occupait le poste depuis plus de quatre ans, a préféré partir plutôt que de subir une nouvelle bataille épique avec la frange très conservatrice du parti. Le grand favori à sa succession était Kevin McCarthy, le numéro deux dans la hiérarchie. Mais ce représentant de Californie a sidéré ses confrères en annonçant cette semaine qu'il se retirait de la course pour éviter une humiliante défaite. Le groupe de frondeurs réunis dans le Freedom Caucus a décidé de soutenir Daniel Webster, un représentant obscur de Floride, et McCarthy risquait ainsi de ne pas obtenir les 218 votes nécessaires pour se faire élire.

"C'est une énorme victoire pour les conservateurs, qui veulent un vrai changement à Washington", a déclaré Adam Brandon, le directeur de FreedomWorks, un groupe Tea Party. "L'élection du speaker de la Chambre n'est pas de choisir ou non Kevin McCarthy, c'est de réduire en cendres la machine politique pourrie de Washington et de reconstruire notre pays", a résumé Mike Huckabee, un des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant