États-Unis : des zombies, un régime Cro-Magnon et un président va-t-en-guerre

le
1
Au Kansas, si vous êtes prêts à gérer l'invasion des morts-vivants, alors, vous êtes prêts pour les tornades.
Au Kansas, si vous êtes prêts à gérer l'invasion des morts-vivants, alors, vous êtes prêts pour les tornades.

Un Prix Nobel de la paix va-t-en-guerre Ce n'est plus le Barack Obama lauréat du prix Nobel de la paix et du discours du Caire il y a cinq ans dans lequel il appelait à une nouvelle ère entre les États-Unis et le monde musulman. Cette semaine, le président américain a montré les dents et annoncé qu'il fallait détruire les djihadistes de l'État islamique. "Le seul langage que comprennent ces tueurs, c'est le langage de la force. Donc, les États-Unis vont oeuvrer avec une large coalition pour démanteler ce réseau de mort." La montée de l'organisation État islamique combinée sans doute à la chute de sa cote de popularité l'a forcé à revoir sa politique et son attitude face à la Syrie. Selon un récent sondage, 34 % seulement des Américains approuvent sa politique étrangère, le taux le plus bas depuis son élection. Si l'offensive contre les terroristes a peut-être des chances de doper un peu sa popularité, c'est au risque de s'aliéner sa base traditionnelle qui n'aime pas sa métamorphose en président va-t-en-guerre, alors qu'il a été élu sur la promesse de mettre un terme à deux conflits.>> Plus d'informations sur le site de Politico Attention, zombies ! Le gouverneur du Kansas lance une campagne pour encourager sa population à se préparer à une attaque de morts-vivants. En fait, l'objectif est moins de se protéger des zombies que de toutes les intempéries qui frappent régulièrement l'État. "Si vous...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 27 sept 2014 à 17:40

    J'adore le pragmatisme ricain, Obama est en train de faire la stricte et même identique politique que G Bush, c'est ça la différence entre Républicains et Démocrates, alors que chez nous c'est toujours l'idéologie d'il y a un siècle qui divise l'électorat. On est foutu....par manque de pragmatisme.