État palestinien : ce que change le vote des députés

le
3
Une manifestante brandit un drapeau palestinien durant la journée internationale de soutien aux Palestiniens, le 29 novembre 2014 à Marseille.
Une manifestante brandit un drapeau palestinien durant la journée internationale de soutien aux Palestiniens, le 29 novembre 2014 à Marseille.

"La reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur. [...] C'est ce qu'ils ont à faire en ce moment en France quand on décapite des gens à travers le Proche-Orient, y compris un citoyen français ?" Le vote de l'Assemblée nationale en faveur de la reconnaissance d'un État palestinien (339 députés pour, 151 contre) a beau être purement symbolique, les propos peu amènes du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à cet égard traduisaient, une semaine avant le vote, son profond agacement.

Pourtant, comme le rappellent les députés de droite, qui ont majoritairement rejeté le texte, rien ne changera la situation sur le terrain. Pour preuve, l'accession de la Palestine au rang d'État observateur non membre de l'ONU en 2012 n'a strictement rien apporté sur le terrain, hormis une joie populaire de courte durée. Au contraire, la colonisation israélienne - pourtant illégale - à Jérusalem-Est et en Cisjordanie n'a fait que s'intensifier, ruinant dans les faits toute possibilité d'avoir un jour un État palestinien viable.

Vaste mouvement européen

Pour Israël, seules des négociations de paix peuvent aboutir in fine à la création d'un État palestinien indépendant, et sa reconnaissance ne peut en aucun cas être une condition préalable. Problème, cela fait vingt et un ans que les deux parties "négocient" sans aucun résultat concret. Et la dernière tentative de neuf mois, menée tambour battant par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le mercredi 3 déc 2014 à 11:50

    La France a ainsi légitimé le terrorisme du Hamas (bombes, roquettes, missiles, voitures bélier, tueries dans les synagogues...). Notre beau pays tombe décidément très bas.

  • raich2 le mercredi 3 déc 2014 à 09:33

    Un coup d'épée dans l'eau.Bravo messieurs les députés, et maintenant retourner à des occupations plus constructives pour votre pays.

  • charleco le mercredi 3 déc 2014 à 09:30

    L'Europe ne dénonce pas la politique sioniste, elle a peur de se voir qualifiée d'anti se mi tisme. Manque total de courage politique. Seul, de Gaulle, s'était opposé à Israël en décrétant un embargo sur les armes vers Israël, en 1967.