Et la Californie inventa la prison payante !

le
0
La prison de Glendale et son aile Pay to Stay. Le principe de payer pour obtenir de meilleures conditions d'incarcération ne fait pas l'unanimité.
La prison de Glendale et son aile Pay to Stay. Le principe de payer pour obtenir de meilleures conditions d'incarcération ne fait pas l'unanimité.

« C'est ici que vivait Kiefer Sutherland », explique Juan Lopez en montrant une grande pièce sans fenêtre éclairée par des néons blafards. « Il y a passé 48 jours en plein milieu de la série 24 Heures chrono. Il était préposé au lavage et au pliage des uniformes. Sutherland ? Lavage ? Uniformes ? Ce n'était pas le tournage d'un film. En 2007, l'acteur d'Hollywood a été arrêté pour conduite en état d'ivresse près de Los Angeles et comme c'était la quatrième fois, il a été condamné à une peine de prison. Mais pas dans n'importe quelle prison. En Californie, certains individus ont le droit ? avec l'aval du juge ? de choisir le lieu de leur détention. Ils peuvent décider d'aller dans l'établissement pénitentiaire du comté, à peu près aussi riant que les cachots de la Bastille ou opter pour une prison municipale qui leur garantit plus de confort et de sécurité. En échange, bien sûr, d'espèces sonnantes et trébuchantes.

Moyennant 90 dollars la nuit, ils ont la possibilité d'effectuer, comme Kiefer Sutherland, leur peine à Glendale, dans la banlieue de Los Angeles, pas loin des studios Disney. Le quartier des ?pay to stay? (séjours payants), comprend un dortoir de dix lits superposés avec casiers métalliques, et une salle commune équipée d'une table, de chaises et d'un poste de télévision. Le tout peint dans des tons crème et corail, une couleur très innovante pour un centre de détention fait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant