Espagne : scandales en série

le
3
Mariano Rajoy, chef de file du PP, à Madrid.  
Mariano Rajoy, chef de file du PP, à Madrid.  

Depuis l'arrivée de Mariano Rajoy à la présidence du gouvernement en novembre 2011, les affaires de corruption et les scandales d'État se sont multipliés au PP (Parti populaire, conservateur). Si le mouvement se maintient en tête des votes au fil des scrutins, ces affaires compliquent la formation d'une coalition. Le Partido popular, un allié indésirable.

Le scandale le plus e

mbarrassant

Luis Bárcenas, ex-trésorier du Parti populaire, symbolise l'un des dossiers les plus embarrassants pour Mariano Rajoy, un temps impliqué directement par ce dernier. Le quotidien El País révèle une compatibilité parallèle du parti qui aurait permis de distribuer des enveloppes mensuelles aux hauts cadres du parti, payés par des entreprises de BTP en échange de l'octroi de marchés publics.

L'ex-trésorier est alors lâché par le parti qui prétend tout ignorer de ces agissements, ses accusations remontent jusqu'à Mariano Rajoy. Alors que le président affirme « ne plus avoir de contact avec lui depuis longtemps », le journal El Mundo révèle des SMS échangés entre les deux hommes durant l'enquête. Dans ces SMS, Rajoy l'assure de son amitié tout en affirmant ne pas pouvoir le soutenir, qu'il devra affronter cette épreuve seul, et concluant « Luis, sois fort ». Ce dernier est incarcéré en 2013. Il sort de prison en janvier après le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7166371 le dimanche 18 sept 2016 à 20:10

    et Gowex , le scandale financier du siècle , rien , silence radio !

  • aerosp le dimanche 18 sept 2016 à 17:48

    M940878 est un grand expert de la chose politique

  • M940878 le dimanche 18 sept 2016 à 16:40

    socialisme et corruption vont de paire