Enquête sur le crash de l'A320 : d'autres pistes sont à l'étude

le
1
Sur les lieux du crash, les enquêteurs sont toujours à la recherche de la deuxième boîte noire.
Sur les lieux du crash, les enquêteurs sont toujours à la recherche de la deuxième boîte noire.

La "personnalité" du copilote, soupçonné d'avoir provoqué volontairement le crash de l'avion de Germanwings et qui semblait souffrir de troubles psychologiques, est "une piste sérieuse", "mais pas la seule", a déclaré samedi à l'AFP un enquêteur français à Düsseldorf. "On a un certain nombre d'éléments qui nous permettent d'avancer dans cette piste, qui est présentée comme une piste sérieuse, mais qui ne peut pas être uniquement la seule", a déclaré le général Jean-Pierre Michel, sous-directeur de la police judiciaire à la direction générale de la gendarmerie nationale. Il n'écarte pas l'hypothèse d'une "faute involontaire ou une défaillance technique". Rappelons qu'à ce jour la seconde boîte noire n'a toujours pas été retrouvée.

"L'importance de la dernière boîte noire (...), comprendre en gros ce qui s'est passé dans les dernières minutes sur les commandes de l'appareil (...), essayer de comprendre bien sûr s'il y a une action volontaire ou une faute involontaire ou une défaillance technique", a précisé Jean-Pierre Michel. Si tout milite à ce stade sur un acte délibéré du copilote, l'enquête "n'écarte pas un travail sur d'autres hypothèses", a-t-il assuré.

"Mieux comprendre l'homme qu'il est"

Jean-Pierre Michel ajoute qu'à ce stade de l'enquête, il n'y a toujours "pas d'élément particulier" dans la vie du copilote, comme une rupture amoureuse ou un problème professionnel, qui pourrait expliquer un geste...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le mardi 7 avr 2015 à 00:09

    OUI..OUI ...Les petits bonne hommes verts .....