Énergie: JeChange.fr se lancera sur le marché des professionnels en 2016

le
2

Créé voici huit ans, le comparateur des factures courantes s'est placé avant tout sur le créneau des particuliers. Alors que les entreprises vont bientôt devoir souscrire une offre de marché, JeChange.fr investit ce nouveau créneau.

Énergie, télécoms et assurance: ce sont les trois secteurs d'activités sur lesquels s'est lancé JeChange.fr voici huit ans. Dans l'énergie, le comparateur présidé par Gaël Duval s'adressait jusqu'à présent exclusivement aux clients particuliers. Il va maintenant se lancer sur le segment des professionnels, à une période charnière puisque dans le gaz, toutes les entreprises (les grands groupes comme les TPE) sont désormais obligées de souscrire une offre de marché tandis que dans l'électricité l'abandon des tarifs réglementés est prévu à partir du 1er janvier 2016.

Le fonctionnement de JeChange.fr est simple: sur le comparateur énergie, le consommateur de gaz et/ou d'électricité rentre toutes les données nécessaires sur sa consommation, à moins qu'il ne préfère directement un contact téléphonique. L'expérience prouve qu'un appel prolonge le plus souvent l'inscription sur Internet: une fois en possession des informations nécessaires, JeChange.fr communique à son interlocuteur les meilleures offres tarifaires tant sur le prix que dans la couverture des besoins.

«Nous travaillons désormais avec les principaux opérateurs (Engie, Direct énergie, Eni, etc.), souligne Gaël Duval. Au début, le processus a été un peu long à enclencher car les fournisseurs d'énergies ne se tournent pas spontanément vers les intermédiaires. Et puis peu à peu, ils ont pris conscience que nous pouvions être un excellent canal de distribution car nous aidons le consommateur à y voir plus clair.»

«Facteur de dynamisme»

Tous secteurs confondus (énergie, télécoms, assurance…), JeChange.fr reçoit à peu près 1,2 million d'appels par an et négocie environ 150.000 contrats. La société, qui réalise environ 10 millions d'euros de chiffre d'affaires, s'appuie sur une plate-forme téléphonique à Agen. S'agissant de sa rémunération, JeChange.fr s'appuie sur un protocole avec les opérateurs qui l'assure d'un intéressement quand un contrat est conclu.

«La libéralisation complète du marché de l'électricité pour les professionnels devrait se révéler un facteur de dynamisme pour notre activité: non seulement cela va générer du trafic mais les entreprises pourraient avoir un effet d'entraînement sur la clientèle résidentielle», poursuit Gaël Duval. Celui-ci constate que si beaucoup de ménages se montrent enclins à changer de fournisseur d'énergie, ils renoncent souvent à passer à l'acte: «Au moins deux raisons expliquent cette attitude: d'une part, les particuliers croient qu'il s'agit d'un processus difficile à appliquer et qui pourrait par exemple générer un risque de coupure d'électricité ou de gaz. D'autre part, ils ont de fortes attentes sur le montant des économies réalisées sur la facture.»

Une économie annuelle jusqu'à 110 euros

Concrètement, l'expérience montre que les fournisseurs alternatifs proposent en moyenne des offres de 10 % inférieures aux tarifs réglementés, soit une économie annuelle pouvant aller jusqu'à 110 euros. «Or les consommateurs s'attendent souvent à réaliser encore plus voir même le double des économies possible», explicite Gaël Duval. «D'une manière générale, le marché de l'énergie réclame un vrai effort de pédagogie. Les consommateurs doivent savoir qu'aucune menace de rupture d'alimentation ne pèse en cas de changement de fournisseur, que la qualité de l'énergie est identique et qu'il n'y a pas de changement de compteur. De la même manière, il ne faut pas leur faire miroiter des rabais exagérés sur le long terme: les prix de l'énergie sont sujets à un certain nombre de variations - liées à la géopolitique par exemple ou même à des décisions politiques - que les opérateurs doivent répercuter à un moment ou à un autre.»

Avant l'été, le médiateur national de l'énergie avait pointé les insuffisances de la libéralisation du marché de l'énergie, insistant notamment sur l'inflation des prix: «C'est oublier que plus de 40 % des tarifs du gaz et de l'électricité sont constitués de taxes, termine Gaël Duval, il y a une source importante d'amélioration du pouvoir d'achat des ménages si le législateur arrête d'empiler les taxes sur l'énergie. Tant qu'on n'aura pas actionné ce levier, le gain ne sera pas 100 % bénéfique pour les consommateurs.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le vendredi 6 nov 2015 à 09:43

    Est-il réellement utile de se créer un tas d'ennuis technique et administratifs en changeant de fournisseur uniquement pour une centaine d'euros annuels? Ma réponse personnelle est non! Je sais ce que j'ai et ce que je peux attendre et j'envoie régulièrement aux pelotes mon fournisseur et les fournisseurs alternés qui me démarchent pour que je change de contrat. Les risques qu'il y a ne sont absolument pas compensés par les gains immédiats qui nous sont proposés!

  • faites_c le vendredi 6 nov 2015 à 09:39

    "Concrètement, l'expérience montre que les fournisseurs alternatifs proposent en moyenne des offres de 10 % inférieures aux tarifs réglementés, soit une économie annuelle pouvant aller jusqu'à 110 euros." Manifestement il y a un bug quelque part! Dans d'autres études sur la consommation énergétique, on nous annonce des consommations moyennes largement supérieures à 1500 € par foyer. Qui faut-il croire sachant qu'en effet je suis personnellement à plus de 1500 € de facture de gaz?