En Syrie, la déroute des modérés

le
1
Un rebelle syrien s'accorde un instant de répit à Alep, le 25 octobre 2014 (photo d'illustration).
Un rebelle syrien s'accorde un instant de répit à Alep, le 25 octobre 2014 (photo d'illustration).

C'est une défaite symbole de l'agonie de la rébellion syrienne modérée. Les deux principales composantes de l'opposition démocratique à Bachar el-Assad - le Front révolutionnaire syrien (FRS) et le mouvement Hazem - ont été expulsées de leur fief de la province d'Idleb (nord-ouest de la Syrie). Seuls combattants à être officiellement armés par les pays arabes et les États-Unis, ils ont été respectivement délogés de la région de Jabal Jawya et de la localité de Khan al-Sobol. Leur tombeur n'est autre que le Front Al-Nosra, branche officielle d'al-Qaida en Syrie, et pourtant groupe le plus en vue de l'opposition syrienne.

Alliés des rebelles modérés depuis 2011, les djihadistes d'Al-Nosra, experts en guérilla et lourdement armés, leur ont longtemps fourni une aide indispensable, tant contre les forces de Bachar el-Assad que face aux djihadistes de l'État islamique (EI) depuis janvier 2014. Mais la donne a changé fin septembre, lorsqu'ils se sont retrouvés visés par les bombardements américains contre l'EI en Syrie. Une "trahison", pour Al-Nosra, d'autant que les États-Unis se sont bien gardés d'attaquer l'armée de Bachar el-Assad, obtenant même son aval pour mener leur opération.

Plan américain

"Depuis le début de l'intervention américaine en Syrie contre l'EI, être politiquement associés aux États-Unis est devenu un handicap majeur pour les groupes rebelles syriens", affirme Thomas Pierret, maître de conférences en islam...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8869453 le lundi 3 nov 2014 à 16:33

    Difficile de décrypter les modérés des autres... On est dans une guerre qui semble être une guerre totale. Malheureusement les Occidentaux ont généré cette guerre comme dans d'autres pays.