En soutien aux migrants, ils vont traverser à la nage le détroit de Gibraltar

le
2
Maria Guerra et Alain Gomez prévoient de boucler la traversée du détroit de Gibraltar en cinq heures et trente minutes.
Maria Guerra et Alain Gomez prévoient de boucler la traversée du détroit de Gibraltar en cinq heures et trente minutes.

C'est ce que l'on appelle un élan de solidarité. Alain Gomez et Maria Guerra se préparent à traverser la mer Méditerranée, à la nage, en hommage aux 2 000 migrants morts depuis le début de l'année. Ils veulent ainsi lancer un message aux gouvernements européens en leur rappelant l'article 13 de la Déclaration des droits de l'homme signée en 1948 : la liberté de circulation.

Les deux aventuriers vont s'élancer ce mardi de Tarifa, à la pointe sud de l'Espagne, traverser le détroit de Gibraltar puis rejoindre les côtes marocaines où ils prévoient de planter un drapeau siglé de l'article 13. Maria sera en kayak, Alain, lui, nagera. « Ça reste une action symbolique plus que sportive face à la situation en Méditerranée et des migrants en général », explique Alain au micro de France Info. Pour cet Espagnol né au Maroc, « cette histoire a du sens ». « Moi, j'ai pu m'installer dans le pays que je voulais », explique-t-il. Mais il estime qu'une partie de la population sur Terre n'a pas le droit d'avoir cette chance...

Article 13

Et la politique sécuritaire apportée par l'Europe face aux vagues de migrants ? « Ce n'est pas la bonne réponse, il y a d'autres façons plus humaines, notamment en ouvrant plus les frontières, en étant plus accueillant », estiment les deux coresponsables d'une communauté Emmaüs à Saint-Étienne. L'association soutient d'ailleurs leur action. Plusieurs manifestations sont organisées...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danielk6 le mardi 11 aout 2015 à 15:16

    Ce n'est pas avec des idiots que l'on mettre un terme à cette invasion nuisible.

  • M6445098 le mardi 11 aout 2015 à 10:36

    qu'ils accueillent leurs chers migrants chez eux, à leurs frais, et sous leur entière responsabilité. ce qui serait bien, c'est que les migrants et leurs 2 amis fassent la traversée en direction de l'Afrique, sans retour.