En Seine-Saint-Denis, l'arnaque de la déradicalisation

le
0
Le site officiel du gouvernement contre le terrorisme, les réseaux djihadistes et l'embrigadement djihadiste (Photo d'illustration)
Le site officiel du gouvernement contre le terrorisme, les réseaux djihadistes et l'embrigadement djihadiste (Photo d'illustration)

Que cachait vraiment la Maison de la prévention et de la famille pilotée par la militante Sonia Imloul ? Au printemps 2014, alors que des dizaines de jeunes rejoignent la Syrie, Sonia Imloul ouvre une structure en Seine-Saint-Denis, avec l'appui du ministère de l'Intérieur. Objectif : offrir un soutien aux familles dont les enfants sont partis faire le djihad et mettre en oeuvre quelques techniques de désendoctrinement des jeunes en voie de radicalisation.

Dans un livre intitulé Cellule de déradicalisation. Chronique d'une désillusion, aux éditions Michalon, Julien Revial, un ex-employé de la structure, raconte son expérience. Qui ne s'avère pas très reluisante... Selon L'Express, qui a lu l'ouvrage, Sonia Imloul se présente tantôt en juriste, tantôt en psychologue, tantôt en policière. Alors que la structure vient d'ouvrir et qu'elle en est à ses balbutiements, le défilé des médias commence. « Un mois après notre emménagement, nous avions déjà reçu cinq organes de presse et seulement deux familles », raconte Julien Revial.

Une seule psychologue « stagiaire »

Sonia Imloul raconte partout que sept employés sont embauchés par la Maison de la prévention, qui fonctionne « presque 24 heures sur 24 » et qui suit, dit-elle, une trentaine de familles. Une fois encore, la réalité est tout autre : « Nous avons mené au total trois démarches de prévention de la radicalisation », précise...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant