"En politique, les femmes restent perçues comme des outsiders"

le
0
NKM, la seule femme qui était en lice à la primaire de la droite et du centre.
NKM, la seule femme qui était en lice à la primaire de la droite et du centre.

Certes, Nathalie Kosciusko-Morizet a décroché la 4e place au premier tour de la primaire de la droite et du centre? Mais elle était la seule femme en lice et elle fut, pendant le débat télévisuel, interrompue deux fois plus que la moyenne de ses concurrents masculins. Notre futur président de la République a toutes les chances d'être un homme. C'est aussi le cas des actuels patrons de l'Assemblée nationale et du Sénat, des trois quarts des parlementaires et de 84 % des maires. Sans parler des leaders des partis politiques qui, dans leur écrasante majorité, appartiennent au « sexe fort ». Malgré la loi sur la parité, la politique reste en France une « affaire d'hommes ». Professeur en sciences de la communication à l'université Toulouse-II-Jean Jaurès, Marlène Coulomb-Gully est membre du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes et auteur de Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles (Belin). Elle analyse les raisons de cet « atavisme » culturel. Interview.

Le Point.fr : Le pouvoir politique reste concentré entre les mains des hommes. Comment expliquer cette inertie ?

Marlène Coulomb-Gully : C'est particulièrement vrai pour les fonctions les plus éminentes. On dit souvent que les femmes fuient ce type de responsabilités : c'est faux ! Rappelons que Nathalie Goulet avait fait acte de candidature à la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant