En Iran, ski rime avec boîte de nuit

le
0
De jeunes Iraniens s'apprêtent à effectuer une descente en snowboard sur la piste de la station de ski Dizin, à une centaine de kilomètres de Téhéran (photo d'illustration).
De jeunes Iraniens s'apprêtent à effectuer une descente en snowboard sur la piste de la station de ski Dizin, à une centaine de kilomètres de Téhéran (photo d'illustration).

Des cris perçants surgissent dans la nuit, au rythme des basses puissantes du DJ. L'électro fait sursauter la foule, décidée à se laisser envoûter. Les projecteurs s'abattent sur une centaine de jeunes Iraniens surexcités, portant doudounes et bonnets. Nous ne sommes pas dans une soirée privée, mais bien à l'air libre, à Shemshak, à une cinquantaine de kilomètres de Téhéran, dans les montagnes de l'Alborz. Jeudi 5 février, la station de ski a inauguré en grande pompe sa nouvelle piste nocturne, rapporte le blog Nouvelles d'Iran du journal Le Monde.Le ski est une activité très prisée de la jeunesse dorée iranienne. Chaque fin de semaine - le jeudi en Iran -, nombre d'habitants quittent la pollution et l'agitation de Téhéran pour aller se ressourcer dans les stations de ski qui bordent la capitale. Et avec ses sommets de 4 000 mètres, la chaîne de l'Alborz n'a rien à envier aux monts alpins. Depuis l'époque du shah, trois stations - Shemshak, Dizin et Tochal - se partagent l'activité, et offrent à la jeunesse un étonnant espace de liberté. Grandes marques occidentalesEn haut des pistes, les forces de sécurité frappent par leur absence. Entre amis ou en couple, les jeunes en profitent pour s'émanciper des lois rigides de la République islamique. Le froid aidant, les Iraniennes ne portent plus le traditionnel voile ni le manteau islamique, qu'elles troquent contre la doudoune, le bonnet, parfois même le bandana,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant