En Irak et en Syrie, "les populations soutiennent l'État islamique"

le
1
Des manifestants irakiens lancent des slogans en faveur de l'État islamique devant un bâtiment gouvernemental de Mossoul, le 16 juin 2014.
Des manifestants irakiens lancent des slogans en faveur de l'État islamique devant un bâtiment gouvernemental de Mossoul, le 16 juin 2014.

Il est une des rares personnes en France à véritablement connaître tous les rouages de Daech. Depuis le début de la guerre civile syrienne il y a cinq ans, Wassim Nasr est en contact permanent avec nombre de djihadistes présents tant en Syrie qu'en Irak. Sur sa chaîne France 24 et sur son compte Twitter, le journaliste arabisant décrypte au quotidien toutes les informations en provenance du "califat" de Daech. Il en a tiré État islamique, le fait accompli (Plon)*, un ouvrage rare expliquant dans le détail comment le groupe terroriste le plus puissant au monde est devenu un véritable État. Interview.

Le Point : L'EI est-il aujourd'hui en recul en Irak et en Syrie ?

Wassim Nasr : C'est indéniable, l'État islamique a perdu du territoire en Irak et en Syrie à cause des frappes intensives de la coalition et de l'effort entrepris au sol. Mais le plus important n'est pas de perdre du territoire, mais des villes. Car, en perdant des villes, les djihadistes perdent leur potentiel étatique à administrer les populations. Et ils en perdent, comme Beïji ou Tikrit. Or ces villes reprises à l'EI sont vides. Regardez Tikrit : une partie de la population a quitté la ville quand les djihadistes se sont emparés de la ville. Une autre, lors des bombardements de la coalition. Et c'est le cas de toutes les villes à majorité sunnite.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • noterb1 le vendredi 20 mai 2016 à 09:05

    bel article de propagande .