En Inde, vente record d'un manoir au milieu des bidonvilles

le
0

À Bombay, l’ancien consultat américain d’une surface de 4600 m² a été acheté pour la somme de 100 millions d’euros. Ce qui en fait la propriété résidentielle la plus chère vendue dans l’histoire de l’Inde.

À Bombay, - également couramment appelée Mumbai - la capitale économique de l’Inde située dans l’État du Maharashtra, une vente record en immobilier a été enregistrée pour la somme de 7,5 milliards de roupies, soit 100 millions d’euros. Un prix qui peut paraître faramineux lorsque l’on sait que la moitié de la population de cette ville de 20 millions d’habitants vit encore dans des bidonvilles...

Le bien concerné - un ancien manoir de maharaja construit en 1938 - était depuis 1957 le siège du consultat des États-Unis, baptisé «Lincoln House». Mise en vente en 2011 après le transfert des locaux des autorités américaines dans un quartier plus récent, la demeure de 4600 m² qui donne face à la mer d’Arabie, a trouvé un acquéreur en la personne de Cyrus Poonawalla. Magnat indien dans l’industrie pharmaceutique, ce dernier a été classé 14ème personne la plus riche en Inde par le magazine Forbes.

C’est Adar Poonawalla, le fils de Cyrus Poonawalla, qui a mené les négociations pour acheter le manoir qui était censé resté en possession des autorités américaines pour 999 ans. Au , il a déclaré que ce bâtiment était «de loin le plus cher» sur le territoire indien. «Vous pouvez voir beaucoup de ce type de propriétés à Londres, mais en Inde il n’y a rien eu de tel depuis des années. Le bâtiment à un emplacement, une histoire, une taille, de sorte qu’il vallait ce prix-là» a-t-il ajouté.

D’importants travaux de réhabilitation à prévoir

Son père, Cyrus Poonawalla, a fait savoir qu’il était le seul en lice à pouvoir acheter cet immense manoir classé au patrimoine historique indien. Selon lui, les groupes immobiliers n’étaient pas intéressés pour des raisons de réaménagement, jugées trop compliquées. «Aucun constructeur était intéressé pour acheter la Lincoln House, a-t-il déclaré à l’India Times . Il n’y a pas de potentiel de développement sur le terrain en raison de sa valeur patrimoniale et d’autres restrictions. Alors les développeurs de projets immobiliers se sont retirés.»

En effet, d’importants travaux de rénovation devront être menés à bien, l’édifice ayant fait office de bureaux pendant plus de cinquante ans. Pour autant ce n’est pas la première incursion de la famille Poonawalla sur le marché immobilier. Ils ont déjà fait parler d’eux à Londres, où ils ont tenté d’acquérir l’hôtel Grosvenor House. Un bâtiment estimé à plus de 700 millions d’euros.

Les précédents records

Cette vente record de «Lincoln House» pour 100 millions d’euros intervient seulement une semaine après l’achat pour 64 millions de dollars (57 millions d’euros) d’une demeure, Jatia House, située dans la région de Malabar Hill au sud de Bombay. Elle a été achetée par le sixième homme le plus riche de l’Inde, Kumar Mangalam Birla.

Mais le record pour une résidence indienne reviendrait à Mukesh Ambani, homme d’affaires indien. En 2010, ce dernier a fait construire le gratte-ciel privé Antilia (27 étages) au sud de Bombay. L’infrastructure serait depuis la deuxième résidence privée la plus chère au monde, pour un montant estimé selon le New York Times à 1 milliard de dollars (886 millions d’euros), la première revenant au palais de Buckingham (775 pièces), propriété gouvernementale du Royaume-Uni où séjourne la reine Élisabeth II. Son estimation à de quoi faire tourner la tête: 1 milliard de livres, soit 1,3 miliard d’euros!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant