En Egypte, Sissi inaugure le "nouveau" canal de Suez

le
3
INAUGURATION DU "NOUVEAU" CANAL DE SUEZ
INAUGURATION DU "NOUVEAU" CANAL DE SUEZ

par Eric Knecht

ISMAILIA, Egypte (Reuters) - Le président égyptien, Abdel Fattah al Sissi, a présidé jeudi en présence de nombreux dignitaires étrangers la cérémonie d'inauguration de l'extension du canal de Suez, censée donner un coup de fouet à l'économie égyptienne.

Le président français, François Hollande, était l'invité d'honneur de la cérémonie d'inauguration, aux côtés du Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, et de plusieurs dirigeants de pays du Golfe, entre autres.

L'extension et l'agrandissement du canal ont coûté quelque huit milliards de dollars (7,3 milliards d'euros) à l'Egypte mais ont été achevés comme prévu en moins d'un an. Le Caire espère que ces travaux permettront d'augmenter fortement les recettes de l'ouvrage, ce dont doutent cependant certains économistes et spécialistes du transport maritime.

Cette inauguration est aussi l'occasion pour Abdel Fattah al Sissi, ex-chef d'état-major des forces armées, élu président l'an dernier après avoir dirigé la prise du pouvoir par l'armée en 2013, de réaffirmer ses ambitions en matière de développement économique et de renforcer sa stature internationale.

L'Egypte peine pour l'instant à se remettre de la crise politique et économique qu'a déclenchée en 2011 la chute du régime d'Hosni Moubarak, et une grande partie de ses 90 millions d'habitants souffrent du ralentissement de l'économie, de la chute du tourisme et de l'inflation.

DES OBJECTIFS JUGÉS TRÈS AMBITIEUX

Abdel Fattah al Sissi a lui-même emprunté le canal jeudi à bord du yacht El Mahroussa, le premier bateau à avoir franchi ce passage entre la Méditerranée et la mer Rouge en novembre 1869.

La journée de jeudi était fériée dans toute l'Egypte et Le Caire, comme plusieurs autres villes du pays, étaient décorées pour l'occasion de bannières proclamant: "De la mère du monde (l'Egypte) au monde entier".

Des Rafale français, livrés le mois dernier dans le cadre du contrat portant sur 24 appareils signé entre Paris et Le Caire, et des F-16 américains devaient survoler le canal à la fin de la cérémonie.

L'Autorité du canal de Suez dit prévoir que les recettes de l'ouvrage atteindront 13,23 milliards de dollars d'ici 2023 contre un peu plus de cinq milliards l'an dernier, les travaux permettant de faire passer de 49 à 97 le nombre de bateaux susceptibles de franchir le canal chaque jour.

Mais pour les observateurs indépendants, cet objectif semble difficile à atteindre au vu de la faible croissance actuelle du commerce mondial, de la concurrence du canal de Panama, lui aussi en cours d'agrandissement, et du ralentissement de l'économie chinoise.

Certains économistes soulignent en outre que la progression des recettes du canal de Suez a été inférieure à celle du commerce mondial depuis 2011.

La présence d'alliés de l'Egypte jeudi à Ismaïlia illustre aussi leur soutien au Caire face à la menace islamiste. Au Sinaï, région proche du canal, plusieurs centaines de policiers et de soldats ont été tués ces dernières années par des insurgés.

Mercredi, dans une vidéo attribuée au groupe Etat islamique (EI), les ravisseurs d'un Croate ont menacé de l'exécuter si des musulmanes détenues dans des prisons égyptiennes n'étaient pas libérées.

(avec Jake Rashbass, Ahmed Aboulenein et Elizabeth Pineau; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wljs le jeudi 6 aout 2015 à 18:42

    Apparemment, cela dérange de rappeler que le canal de Suez a été réalisé par un ingénieur Français et inauguré par l'impératrice Eugénie en 1869. C'est d'aileur ce même Yacht qque le Président égyptien a utilisé pour honorer la France par son geste faisant du président Français l'invité d'honneur de cette inaguration

  • perevert le jeudi 6 aout 2015 à 18:00

    Hollande était heureux, parmi les siens !

  • 13244929 le jeudi 6 aout 2015 à 17:45

    Notre Inaugurateur Patenté était bien évidement présent. Vous n'avez rien à inaugurer ou commémorer chez vous ? Si oui attention, IL pourrait venir ...