En civil, les policiers noirs new-yorkais craignent la police

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

24 sur 25 : les résultats sont sans appel. Une enquête réalisée par Reuters révèle que, sur 25 policiers noirs de New York en activité ou à la retraite interrogés, 24 déclarent avoir déjà été victimes de discriminations raciales de la part d'un policier, alors qu'eux-mêmes étaient en civil. "Tous sauf un ont déclaré avoir été victimes, lorsqu'ils étaient hors service et en civil, de contrôles au faciès, c'est-à-dire la pratique consistant pour un policier à se baser sur l'appartenance ethnique d'une personne pour la soupçonner d'avoir commis un acte répréhensible", écrit l'agence de presse.Plus précisément, "être arrêté en voiture sans raison, se faire plaquer la tête sur le capot du véhicule, être jeté dans un fourgon de police et subir une fouille lorsqu'on est en train de faire des courses". 5 sur 25 disent même avoir déjà eu un pistolet braqué sur eux par la police.Forte défiance avec la populationDe plus, signale également Reuters, parmi ces 24 policiers, un tiers seulement se sont plaints auprès d'un de leurs supérieurs. Et un seul n'a pas vu sa plainte rejetée ou n'a pas subi de brimades administratives par la suite. Il n'y a d'ailleurs "pas vraiment de procédure pour signaler des abus", déplore dans l'article l'actuel chef de l'exécutif du district de Brooklyn Eric Adams, qui affirme avoir été stigmatisé et brimé au cours de ses vingt-deux ans de carrière pour avoir dénoncé les contrôles au...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant