En Allemagne, les prisons se vident

le
1
En Basse-Saxe, le nombre de détenus a diminué de 30 % en huit ans (photo d'illustration).
En Basse-Saxe, le nombre de détenus a diminué de 30 % en huit ans (photo d'illustration).

L'Allemagne ne fait décidément rien comme les autres. En France, la surpopulation carcérale ne cesse d'enflammer les débats. Au 1er novembre 2014, 12 087 détenus étaient en surnombre. Si les chiffres ont tendance à se stabiliser depuis plusieurs mois, 1 065 détenus dorment toujours sur un matelas posé à même le sol. De l'autre côté du Rhin, la situation ne pourrait être plus différente. Près d'un lit sur cinq dans les établissements pénitentiaires est inoccupé. Et le nombre de prisonniers ne cesse de chuter. En Basse-Saxe, le nombre de détenus a diminué de 30 % en huit ans. Le Land a d'ailleurs annoncé récemment son intention de fermer deux de ses prisons. En 2013, 47 302 personnes étaient sous les verrous en République populaire, contre 50 974 trois ans plus tôt, selon les chiffres de l'agence fédérale des statistiques (Destatis). À peine 7 020 détenus doivent purger des peines supérieures à cinq ans ferme, contre 8 088 en 2010. Mais c'est le nombre de prisonniers condamnés à des périodes d'emprisonnement de moins de trois mois qui a chuté le plus rapidement ces trois dernières années (5 718 en 2013, contre 6 238 en 2010). Une baisse qui n'est pas due au hasard. Un "laxisme" qui porte ses fruits L'Allemagne a en effet mis en place un système de réinsertion qui vise à aider les condamnés à retourner plus facilement dans la vie active afin d'éviter les récidives. Les peines légères sont tout d'abord presque...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le mercredi 10 déc 2014 à 09:51

    Nos chers voisins pourraient surement nous garder quelques uns de nos "hotes", ce qui leur éviteraient de fermer des prisons, et nous d'en construire : c'est GAGNANT-GAGNANT selon le terme à la mode chez les bien-pensants