En Allemagne, la "peur de l'autre" s'installe...

le
0
Les partisans de Pegida manifestent à Cologne le 5 janvier.
Les partisans de Pegida manifestent à Cologne le 5 janvier.

En République fédérale, le fossé continue de se creuser entre les partisans et les opposants de Pegida, le mouvement des "patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident", né en octobre sur Facebook. Lancé par Lutz Bachmann, un photographe et graphiste de 41 ans qui est actuellement en liberté conditionnelle pour divers délits liés notamment à des trafics de drogue, ce groupe s'oppose farouchement à "l'islamisation" de la société allemande et exige une "tolérance zéro" pour les immigrés ayant commis des délits. Depuis le mois d'octobre, les partisans de ce mouvement se retrouvent chaque lundi dans les rues de Dresde pour manifester leur colère. Et malgré le froid et la neige, les cortèges grossissent de semaine en semaine. Lundi, près de 18 000 personnes ont parcouru les rues de la capitale du land de Saxe en portant de grands drapeaux allemands. Si les nazillons et les partisans des groupuscules d'extrême droite sont présents en masse dans la foule, beaucoup d'Allemands "moyens" manifestent à leur côté. D'après un sondage de l'institut Forsa, 29 % des personnes interrogées estiment ainsi que l'islam occupe trop de place dans leur société, et 13 % soutiennent les manifestations organisées par Pegida.De nombreux citoyens s'inquiètent en effet de l'arrivée massive de demandeurs d'asile en provenance notamment de Syrie et d'Afghanistan. Selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), l'Allemagne est ainsi devenue le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant