Emmanuelle Cosse : "Je n'ai jamais eu connaissance de ces allégations"

le
1
Emmanuelle Cosse a réagi ce matin au micro de France Info aux accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles qui frappent son mari, Denis Baupin.
Emmanuelle Cosse a réagi ce matin au micro de France Info aux accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles qui frappent son mari, Denis Baupin.

Traits tirés, yeux cernés, voix légèrement voilée, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, s'est montrée "très touchée en tant que femme, en tant que compagne, en tant que mère et en tant que ministre" ce matin au micro de France Info. "Touchée" par les allégations de harcèlement et d'agressions sexuelles qui ont été reprochées à Denis Baupin, son mari, elle lui a néanmoins renouvelé sa confiance. "J'ai confiance en lui", a-t-elle confié à Jean-François Achilli qui l'interviewait. Elle a d'ailleurs tenu à rappeler au passage que, malgré l'emballement médiatique, "la présomption d'innocence" devait être respectée.

Invitée pour une intervention matinale sur l'antenne de France Info avant que n'éclate le scandale médiatique, hier, l'ancienne "patronne" des Verts ne s'est pas défilée, mais n'a pas dissimulé non plus être profondément affectée par l'affaire dans laquelle elle se retrouve indirectement mêlée depuis deux jours. "On parle de faits qui sont d'une extrême gravité. Et si ces faits sont avérés, il faut que ça soit réglé devant la justice. Et si ces faits ne sont pas avérés, il faut aussi que ce soit réglé devant la justice. Il n'y a pas d'autre question, il n'y a pas d'autre choix", a-t-elle affirmé. "Ces allégations sont très graves. Cela doit être réglé devant la justice", a-t-elle répété à plusieurs reprises.

"Je ne transige pas sur ces questions"

Était-elle au...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 7 mois

    Elle est touchante, évidemment. Cela dit, qui nous dit que c'est vrai ou de la comédie ? "Traits tirés, yeux cernés, voix légèrement voilée,..." on croirait Junie dans Britannicus ! Cela ressemble bien à des efforts pour la dédouaner, à défaut de pouvoir dédouaner son mari, ce qui ne devrait pas être très facile.