Emmanuelle Auriol : dépénaliser le cannabis pour reprendre le contrôle

le
0
Comme certains politiques, la chercheuse en économie Emmanuelle Auriol préconise de dépénaliser le cannabis pour lutter contre le crime organisé.
Comme certains politiques, la chercheuse en économie Emmanuelle Auriol préconise de dépénaliser le cannabis pour lutter contre le crime organisé.

Les déclarations de Jean-Marie Le Guen ont relancé la polémique sur la dépénalisation du cannabis. Chercheuse à l'Economics School of Toulouse, Emmanuelle Auriol, auteur d'un ouvrage Pour en finir avec les mafias sexe, drogue et clandestins : et si on légalisait ?, à paraître le 4 mai (Armand Colin), plaide pour la légalisation des marchés interdits. Voici ses arguments en primeur pour Le Point.

Le Point : On le sait, l'interdiction du cannabis n'empêche pas sa consommation, génère de l'insécurité et fait prospérer les trafics. Pour autant, sa légalisation n'a-t-elle que des avantages ?

Emmanuelle Auriol : Pour éliminer le crime organisé, il faut lui faire concurrence. Donner envie aux consommateurs d'acheter sur le marché légal. L'État doit proposer une offre suffisamment basse pour qu'elle se substitue à celle des réseaux mafieux. Les avantages ne manquent pas : même si le cannabis légal est un peu plus cher, les acheteurs sont sûrs que le produit est de bonne qualité, ils n'ont pas affaire à des trafiquants, ils peuvent consommer sans risquer de se faire arrêter. L'État est le maître du marché. Le cannabis doit être cher pour que sa consommation reste occasionnelle. Une fois que vous avez délogé du marché les criminels installés, il faut donc augmenter les prix afin d'éviter une augmentation de la demande. Pour la drogue,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant