Emmanuel Macron se pose en garant des contre-pouvoirs

le
16
MACRON SE POSE EN GARANT DES CONTRE-POUVOIRS
MACRON SE POSE EN GARANT DES CONTRE-POUVOIRS

par Guillaume Frouin

ANGERS, Maine-et-Loire (Reuters) - Emmanuel Macron s'est érigé mardi soir en "garant des contre-pouvoirs", visant implicitement Marine Le Pen et François Fillon, en s'engageant à protéger "l'indépendance" de chacun.

"C'est une campagne qu'on nous vole, où chaque jour on débat de la légitimité des médias, en faisant siffler un contre-pouvoir nécessaire à la vie démocratique", a déclaré le candidat d'"En Marche!" lors d'une réunion publique à Angers.

"On attaque maintenant la justice de notre pays, qui est une autorité essentielle de l’État de droit, et donc de notre démocratie", a-t-il poursuivi.

L'ancien ministre de l'Economie s'en prenait ainsi, sans le nommer, au candidat de la droite et du centre François Fillon, visé par une enquête judiciaire, qui s'est élevé contre "un coup d'Etat institutionnel" présumé et un "tribunal médiatique". Les représentants des médias ont été sifflés durant certains de ses meetings.

La candidate du Front national était également dans sa ligne de mire, après ses violentes attaques contre les juges et les médias dimanche dernier lors d'un meeting à Nantes.

"Je protégerai les contre-pouvoirs, je protégerai l'indépendance de chaque pouvoir, je protégerai chaque minorité dans ce qu'elle est", a lancé Emmanuel Macron.

Le candidat, deuxième dans les intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle dans plusieurs sondages, a également esquissé les contours de son projet de réforme du marché du travail en défendant la généralisation de l'assurance-chômage à tous les actifs, sous conditions.

"Ce que nous allons faire, c'est transformer le chômage, qui est aujourd'hui une assurance assez injuste, en système universel comme on l'a fait pour la maladie", a-t-il assuré.

Pour éviter les effets d'aubaine de cet "élément de justice", le candidat fixe des conditions.

"Je le garantis à tout le monde, mais dans les quinze jours, il y aura un bilan de compétences", a-t-il expliqué. "On proposera à la personne une offre d'emploi, et si ces offres d'emplois sont décentes, il peut en refuser une. Mais à la deuxième, il perd ses droits et sort du système."

L'ancien ministre de l'Economie a réitéré son souhait de supprimer le Régime social des indépendants (RSI), en dépit des récentes protestations de ses administrateurs, un régime « trop compliqué » et qui « gère trop peu de monde ».

Le candidat d' "En Marche!" supprimera également le Crédit impôt compétitivité emploi (CICE) mis en place sous Jean-Marc Ayrault, pour le "transformer en allègements de charges". "Ce sera six points de charges en moins, jusqu'à 2,5 Smic, pour tout le monde", a affirmé l'ancien conseiller de François Hollande.

(Edité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 il y a 10 mois

    regarder les résultats po ur ri de nos politiciens depuis 30 ans , jamais dans le privé , on garderai ces gens là, et on nous remet du Macron pour nous faire croire au changement , alors que c'est que de l'enfumage .. le pire c'est qu'on devra payer la facture tôt ou tard, et ça va nous faire tout drôle d'avoir le même traitement que les grecs ;et compter sur Macron, pour savoir comment vous plumer , vous piquer vos économies, vous taxer sur votre bien immobilier ..

  • M7097610 il y a 10 mois

    les 150 000 euros piqués au ministère des finances pour lancer sa campagne, il rembourse quand ? Mais que font les "contrepouvoirs" pour sauvegarder les intérêts des contribuables ?

  • M1945416 il y a 10 mois

    https://www.upr.fr/entretiens-actualite-upr

  • 445566ZM il y a 10 mois

    Notre pays, très traditionaliste hors de Paris, aura du mal à voter pour un parisien fragile à la mode.

  • M1945416 il y a 10 mois

    Macron ( ex banquier, conseillé financier de Hollande puis ministre avec des résultats minables) veut devenir président d'un pays au passé cr iminel , donc nous sommes les descendants de cr iminels, des illettrés , qui n'ont pas le permis , et peuvent pas s'acheter un costar … quel mépris … faut dire il ratisse large : en 1900 on avait combien de musu lmans en France?? maintenant c'est la 2em religion, bientôt la 1er ceci explique cela …

  • roujos59 il y a 10 mois

    un nouveau comique !

  • pavipier il y a 10 mois

    @badaeosi les indépendants veulent cotiser au système des cadres, il n'y a aucun problème. ça coûte. .40%ne vient pas pleurer

  • antogard il y a 10 mois

    Rotschild & co qui défend la presse, cette pièce de théâtre bat des records!!!

  • badaro il y a 10 mois

    je sais pas qui a mis le rsi en place, mais en toute sincérité le rsi a détruit les commerçant et les artisans, et les administrateurs du rsi qu'il aille pointer au chomage c'était pas des prelevement c'etait du racket et j'étais bien placé pour le dire, vraiment injuste que certains profitent de la fragilité des artisans/commerçant qui travaillent beaucoup pour pas grand chose pour que des nantis pistonnés ramassent :(

  • CHANOMAR il y a 10 mois

    POUR la recherche d emploie un gars a mis sur sont bilan de compétence prof d anglais a BREST il n a même pas son bac aucune demande d examen

Partenaires Taux