Emmanuel Macron, les frondeurs peuvent lui dire merci

le
0
Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron.
Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron.

Avec un sens du timing aigu, Emmanuel Macron poursuit tranquillement son ascension vers le premier rang du classement de ceux qui exaspèrent le plus les cadres socialistes. Après avoir marqué la rentrée en plaidant contre les 35 heures devant le Medef fin août, le ministre de l'Économie a dégommé vendredi devant le think tank En temps réel le statut privilégié des fonctionnaires. La première provocation avait eu lieu à la veille de la rentrée du PS à La Rochelle. La deuxième, à la veille d'un conseil national au cours duquel le patron du parti majoritaire Jean-Christophe Cambadélis avait prévu d'annoncer un référendum sur l'unité des partis de gauche aux régionales.

Peu convaincus par le recadrage de François Hollande, les socialistes réunis à La Mutualité samedi se sont empressés de pousser des cris d'orfraie contre le jeune insolent. « On a fait partir Arnaud Montebourg pour moins que cela. Emmanuel Macron s'est un peu spécialisé dans des provocations consistant finalement à utiliser la rhétorique et des mots de la droite et à les endosser comme un ministre supposé de gauche », a pilonné Laurent Baumel, l'un des frondeurs. « La stratégie d'Emmanuel Macron est bien connue. Pour cacher les échecs et l'absence de résultats de sa politique, il se détourne de sa mission de ministre et il fait de la provocation permanente à gauche », a renchéri sa camarade la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann.

Le budget...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant