Emmanuel Macron : "La réforme, on ne la joue pas aux dés"

le
1
Le ministre de l'Économie dans l'hémicycle, le 17 février 2015.
Le ministre de l'Économie dans l'hémicycle, le 17 février 2015.

Après avoir eu recours à l'article 49-3 de la Constitution à l'Assemblée nationale pour sauver la loi Macron, le Premier ministre Manuel Valls a assuré sur TF1 avoir "du carburant pour continuer". Emmanuel Macron, de son côté sur France 2, a vu dans cette décision "la preuve que ce gouvernement continue à avancer, continue à réformer". Découvrez les extraits de son intervention :

"Ce qui s'est passé cet après-midi, ce n'est que la démonstration de notre détermination à continuer. (...) Jeudi soir, le Premier ministre fera encore d'autres annonces et c'est la preuve que ce gouvernement continue à avancer, continue à réformer."

"Je ne crois pas qu'il y ait deux gauches. Il y a des choix qui ont été pris par certains, qui ont fragilisé l'action du gouvernement, il faut le dire. (...) Ce qui compte, c'est la gauche qui avance. La gauche qui ne veut rien faire, elle ne sert à rien."

"Si le 49-3 qui a été utilisé cet après-midi est un déni démocratique, il faudra m'expliquer ce que sont les 200 heures de débats que nous avons menés, ce que sont les centaines d'amendements qui ont enrichi ce texte, interroge Emmanuel Macron. Si nous ne prenons pas nos responsabilités, si nous n'avançons pas, nous commettons une erreur."

"Chaque article de ce projet de loi a eu une majorité dans l'hémicycle. (...) Chaque article a été voté. (...) Il y aura une majorité jeudi soir."

"La droite n'a pas voulu prendre ses responsabilités....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 le mardi 17 fév 2015 à 22:48

    Et pourquoi vous faites pas un 49-3 pour annuler tous les privilèges des politiques ?