Elle se lance le défi de vivre un mois sans supermarché

le
4

SERIE 1 / 4 - Repenser notre façon de consommer en se passant de la grande distribution pourrait être une solution à la crise agricole. Mais pouvons-nous réellement vivre sans ces grandes surfaces ? Une journaliste de la rédaction du FIgaro.fr va tenter de relever ce défi.

Les Français soutiennent leurs agriculteurs et sont sensibles à leurs revendications. Une grande majorité se dit ainsi prête à dépenser plus pour les aider, selon les réponses à une question posée la semaine dernière par le Figaro.fr.

Nous vous avons interrogé pour savoir comment et dans quelle mesure, vous étiez prêts à les aider. La question a suscité un réel enthousiasme sur les réseaux sociaux. Vous nous avez livré vos astuces pour privilégier les produits de qualité et de proximité, sans se ruiner. Nombre d'entre vous estiment même que la solution à la crise agricole serait «d'encourager les petits producteurs soucieux de la qualité et de boycotter les supermarchés».

Mais pouvons-nous réellement vivre sans ces grandes surfaces, nous, les champions mondiaux des supermarchés? Pour répondre à cette question, je vais tenter de relever un défi: celui de vivre un mois sans mettre les pieds dans un supermarché.

A l'écoute de vos conseils et défis

N'étant pas une habituée de la conso' alternative, je vais devoir trouver des astuces! L'objectif de cette expérience est également d'évaluer comment cette nouvelle vie va influencer le coût, la qualité et la quantité de mes achats.

Outre les denrées alimentaires, la grande difficulté sera de me procurer des produits d'entretien et de consommation courante sans faire exploser mon budget! Via les réseaux sociaux, vous m'avez déjà donné quelques conseils et bonnes adresses pour m'aider à réaliser cette expérience.

Sur Facebook, Laure M. me recommande «les marchés le we, les paniers bios et sur internet pleins de contacts directs du producteur au consommateur, pour l'épicerie coopérative bio» ou les «potager participatif et la poule à la maison», lance Annie L. Pour les «produits menagers: citron, vinaigre blanc, bicarbonate», recommande Pauline M.

Les AMAP, les paniers bios, la ruche qui dit oui, les magasins paysans, les Biocoop, les solutions maisons pour fabriquer soi-même ses détergents, les applications ou sites internet pour se procurer des produits locaux… Je vais tester un maximum de solutions.

Je vous raconterai mon expérience au fur et à mesure du mois à venir, sur le site et sur Twitter grâce au #unmoissanssupermarché. D'ici là, continuez à me transmettre vos astuces, idées et si vous avez des défis intéressants, je tenterais de les relever! Transmettez-les sur Twitter ou Facebook!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • degrowth il y a 10 mois

    D'autres préfèrent monter une économie parallèle pour satisfaire leurs besoins sans financer les politiciens et les banquiers : grosses économies en perspective .

  • m6r.fr il y a 10 mois

    Une journaliste de la rédaction du FIgaro.fr va tenter le défi de vivre un mois sans supermarché. Dur, c'est comme demander à un ministre de vivre un mois sans transport en commun . (transport en commun, ou transport collectif, consiste à transporter plusieurs personnes ensemble sur un même trajet).

  • SuRaCtA il y a 10 mois

    je like, et franchement si j'avais plus de temps j'en ferrais autant

  • KENTOF il y a 10 mois

    on peut trés bien vivre sans spermarché, mais encore faut il en avoir les moyens