Elle a refusé un million de dollars pour garder sa maison

le
0

Malgré les propositions d’un constructeur, une dame âgée avait insisté pour rester dans sa maison, autour de laquelle un grand centre commercial et un complexe de fitness ont été construits.

L’histoire d’Edith Macefield était une légende dans la région de Seattle, aux États-Unis. C’est pourtant un scénario très classique de l’immobilier: un constructeur projette d’ériger une grosse structure - comme un hôtel ou un centre commercial, en l’occurence - sur un terrain. Problème: un propriétaire a fait construire sa maison sur une partie dudit terrain, et elle contrecarre les plans idéaux de la construction. Si il arrive que les protagonistes parviennent à trouver un accord financier qui leur convient, ça n’a pas été le cas ici!

En 2007, lorsqu’un constructeur la contacte pour lui faire part de son projet de bâtir un immense centre commercial et un centre de fitness accolés à sa maison, elle est catégorique: elle ne bougera pas, quel que soient les alternatives. Le million de dollars que lui propose le constructeur en échange de son départ ne change rien! «Je ne bougerai pas», avait-elle déclaré au Seattle Post-Intelligencer, en ajoutant «je n’ai pas besoin d’argent. Cela ne signifie rien à mes yeux.»

Edith Macefield a donc pu continuer à vivre dans sa maison d’à peine 100 mètres carrés, tout en constatant la progression des imposantes constructions, et des travaux tout autour d’elle... jusqu’à ce qu’elle décède, en 2008, à l’âge de 86 ans. Sa maison est alors léguée au constructeur, Barry Martin, avec qui elle avait fini par se lier d’amitié! Dès 2009, il la vend à une société dont le patron Greg Pinneo assurait que cette maison et son histoire doivent être élevées «littéralement et philosophiquement.» En d’autres termes, il souhaitait agrandir la maison, et en faire un grand espace ouvert pour les employés avoisinants pendant leurs heures de repos. Finalement, la maison est aujourd’hui inutilisée, et ses fenêtres condamnées. Elle sera vendue aux enchères le 13 mars prochain, selon le Seattle Post-Intelligencer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant