Église russe de Paris : 90 000 feuilles d'or et beaucoup de technologie !

le
0
Le dôme signé Wilmotte, réalisé en matériaux compostites, pèse beaucoup moins lourds que s'il avait été construit selon les méthodes traditionnelles.
Le dôme signé Wilmotte, réalisé en matériaux compostites, pèse beaucoup moins lourds que s'il avait été construit selon les méthodes traditionnelles.

Il pèse près de 10 tonnes, mesure 15 mètres de haut et 11 mètres de diamètre. Ce beau bébé joufflu ? Le Grand Dôme parisien de la nouvelle cathédrale orthodoxe de la Sainte-Trinité ! Depuis le samedi 19 mars 2016, cette surprise de taille attend les Parisiens arpentant le quai Branly, en bordure de la rive gauche de la Seine, à deux pas du musée des Arts premiers et de la tour Eiffel. Culminant désormais à 38 mètres dans le ciel de la capitale (seuil maximal autorisé), ce bulbe XXL couronne l'édifice religieux du tout nouveau Centre spirituel et culturel orthodoxe russe de Paris (CSOR) : un ensemble de quatre bâtiments autonomes occupant un site de 8 400 mètres carrés où siégeait Météo-France, vendu à la Russie par Bercy. Caractéristique de l'architecture religieuse russe, ce grand dôme sera bientôt accompagné de quatre autres, plus petits, eux aussi surmontés de croix orthodoxes, symbolisant le Christ et les quatre évangélistes, Matthieu, Marc, Luc et Jean.

90 000 feuilles d'or

Les frimas et le ciel brumeux n'altèrent pas l'enthousiasme des personnalités présentes lors de la pose parmi lesquelles Alexandre Orlov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, monseigneur Nestor, évêque patriarcal de Moscou, Bernard Mounier, président de Bouygues bâtiment Ile-de-France, Jean-Louis Missika, adjoint à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant