Dubaï veut s'offrir un nouveau quartier à 20 milliards de dollars

le
0

EN IMAGES - Malgré l’impact de la baisse du prix du pétrole, l’émirat affiche de grandes ambitions de développement immobilier. Le financement de ce quartier d’hôtels et de logements reste cependant incertain.

Dubaï a-t-elle encore les moyens de ses ambitions? La perle des Émirats arabes unis affiche encore et toujours de très impressionnants objectifs mais peine un peu plus à les atteindre en période de baisse des prix du pétrole. Dubaï Holding, la structure financière gouvernementale gérant les investissements de l’émirat, vient ainsi d’annoncer un projet à 20 milliards de dollars (18 milliards d’euros) visant à développer un nouveau quartier de la ville. Mais, preuve d’une certaine prudence, le projet se ferait en plusieurs étapes, sans la moindre indication de calendrier pour l’instant. Et, surtout, les responsables ont reconnu que le financement n’avait pas été bouclé pour l’instant.

Dans l’état actuel du projet, la première phase du quartier de Jumeirah central coûterait près de 24 milliards de dirhams (6 milliards d’euros) et comporterait 2800 chambres d’hôtel et 3000 appartements. Ces constructions occuperaient l’espace initialement prévu pour le gigantesque centre commercial Mall of the World. Un autre projet pharaonique qui devait mêler 745.000 m² de commerces, un parc d’attractions et pas moins de 100 hôtels. Annoncé à la mi-2014, au moment précis où les cours du pétrole ont commencé à dévisser, ce projet aurait été «relocalisé» mais Dubaï Holding s’est refusé à donner plus de précisions sur son avenir.

Baisse des prix

Même si Dubaï tire globalement mieux son épingle du jeu que bon nombre de ses voisins en période de pétrole bon marché, la situation immobilière notamment reste assez fragile. Depuis l’an dernier, les prix baissent et plusieurs projets aussi bien résidentiels que commerciaux ont dû être suspendus voire annulés. Ce genre de projet pourrait donner un peu de vigueur et d’activité supplémentaire, reste à pouvoir les mener à terme.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant