Djihadisme : la contre-propagande française se déploie sur Internet

le , mis à jour le
0
Comment lutter efficacement contre le cyberdjihadisme ? En utilisant les mêmes armes.
Comment lutter efficacement contre le cyberdjihadisme ? En utilisant les mêmes armes.

« Nous allons mettre en place un bataillon de community managers de l'État, pour opposer une parole officielle à la parole des djihadistes et ne pas leur laisser l'espace numérique. » C?était en mai dernier, le Premier ministre Manuel Valls annonçait le lancement d'une opération de contre-propagande sur Internet. En fait, ce sont deux bataillons qui ont été constitués. L?un, étatique comme annoncé, qui comprend des fonctionnaires issus des ministères de l?Intérieur et de la Défense, et dont l?objectif est de fournir en armes anti-manipulation les médias traditionnels. S?y ajoute une fondation privée regroupant des internautes militants qui pourront riposter aux djihadistes avec un contre-discours adapté aux réseaux sociaux. Le tout directement piloté par un proche de Manuel Valls, le préfet Christian Gravel, patron du SIG, le Service d?information du gouvernement. Comme le confie un spécialiste, « la bonne idée est de recourir à des community managers, car si la contre-propagande émane d?une autorité, elle n?a aucune chance de frapper juste ».

Une stratégie inspirée... d'un livre !

Une contre-offensive qui s?inspire largement d?un livre sorti en avril. Influentia, c?est son nom, est dédié au décryptage des stratégies d?influence. Le premier du genre en France. On y trouve, outre la réflexion d?une dizaine d?experts internationaux en influence, comme Noam Chomsky, 22 auteurs plus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant