Dis-moi comment tu paies, je te dirai d'où tu viens

le
0

Cartes bancaires, chèques, espèces, une étude révèle que tous les Européens sont loin de régler leurs dépenses courantes de la même façon.

Bruxelles a beau imposer l'harmonisation des moyens de paiement à travers l'Europe, avec un modèle unique de virements et de prélèvements et bientôt l'homogénéisation de la carte bancaire, tous les Européens sont loin de régler leurs dépenses courantes de la même façon. Certes, ils ont en commun d'acquitter régulièrement leurs factures avec de l'argent liquide et leur carte bancaire. Les Français sont d'ailleurs «les champions d'Europe de la carte bancaire», souligne une étude du Crédit agricole Cards&Payments, réalisée par Harris Interactive. Ils l'utilisent bien plus souvent que leurs voisins italiens, allemands ou polonais pour payer les sorties et les achats alimentaires. Plus traditionnels, ces derniers préfèrent toujours payer leurs courses ou leur médecin avec des espèces «sonnantes et trébuchantes». Cette tradition culturelle a surtout la vie dure en Allemagne, où la population «reste plus attachée aux espèces que la moyenne européenne», note l'étude.

Le Vieux Continent migre lentement vers les nouveaux moyens de paiement. Les Polonais ont un véritable temps d'avance par rapport aux autres: ils sont de plus en plus nombreux à payer dans les magasins avec une carte bancaire sans contact (69% d'entre eux l'utilisent régulièrement) ou plus rarement avec un smartphone (14%). Peu à peu, les Allemands et surtout les Italiens se laissent séduire par le porte-monnaie électronique. Ce qui, paradoxalement, n'est pas encore le cas des Français, à la traîne dans ce domaine, mais toujours gros consommateurs de chèques, en voie de disparition sur le Vieux Continent. Une autre «exception culturelle» française.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant