Deuxième jour de trêve partielle à Alep-Est

le
0
DEUXIÈME JOURNÉE DE TRÊVE PARTIELLE À ALEP-EST
DEUXIÈME JOURNÉE DE TRÊVE PARTIELLE À ALEP-EST

BEYROUTH (Reuters) - L'armée syrienne et les forces aériennes russes ont cessé de pilonner Alep-Est vendredi, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au second jour d'une trêve unilatérale partielle de quatre jours rejetée par les insurgés.

La trêve n'ayant lieu que pendant 11 heures durant la journée, des combats très durs ont eu lieu pendant la nuit, a déclaré Zakaria Malahifdji, un commandant rebelle du groupe Fastakim qui est présent dans la ville. Il précise que les bombardements de la nuit ont été moins intenses qu'à l'accoutumée.

Les heurts de la nuit se sont produits dans les quartiers d'Alep-Est situés sur la ligne de front : Djab al Djalabi dans la vieille ville, al Issaa et Salah al Din, précise l'OSDH, une ONG basée à Londres qui suit le conflit au jour le jour grâce à un réseau d'informateurs sur le terrain.

Des heurts ont également été signalés dans la partie ouest tenue par le gouvernement, à Djamiat al Zahraa, précise l'OSDH.

Damas et Moscou ont appelé les habitants et les rebelles d'Alep-Est à quitter la ville en leur promettant la vie sauve.

L'Onu, qui avait espéré que ces trêves partielles permettraient des évacuations médicales de la ville, a annoncé vendredi qu'elles n'avaient toujours pas commencé, l'absence de garanties de sécurité empêchant les secouristes de profiter de la pause dans les bombardements annoncée par la Russie.

Les rebelles expliquent qu'ils ne peuvent accepter le cessez-le-feu qu'ils estiment être une manoeuvre pour purger la ville des opposants au président Bachar al Assad.

"Cette initiative intervient au moment où les opérations de déplacement forcé sont menées par le régime Assad à al Mouadamiya, Koudsiya et al Hama (des banlieues de Damas, NDLR) et avant cela à Daraya", déclarent les groupe rebelles qui combattent sous la bannière de l'armée syrienne libre (ASL) et le groupe d'opposition Coalition nationale syrienne (CNS) dans un communiqué commun.

Vendredi, pour la deuxième journée de suite, la télévision publique syrienne a diffusé des images d'autobus et d'ambulances attendant l'arrivée de ceux qui voudraient quitter Alep-Est tandis qu'étaient largués des tracts faisant la publicité pour les couloirs de sécurité. L'offre ne semble pas avoir pour l'instant remporté un grand succès.

(Angus McDowall et Lisa Barrington; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant