Deux mineurs mis en examen après la fausse alerte à Paris

le
1
DEUX MINEURS MIS EN EXAMEN APRÈS LA FAUSSE ALERTE À PARIS
DEUX MINEURS MIS EN EXAMEN APRÈS LA FAUSSE ALERTE À PARIS

PARIS (Reuters) - Deux mineurs de 16 et 14 ans soupçonnés d'être impliqués dans la fausse alerte qui a entraîné samedi dernier une vaste opération de police dans le centre de Paris ont été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi, a-t-on appris de source judiciaire.

Le juge a ordonné leur placement en foyer éducatif, a-t-on précisé.

Le parquet a ouvert une information judiciaire des chefs d'appels téléphoniques malveillants, dénonciation de crime imaginaire et divulgation de fausse information dans le but de faire croire à une attaque terroriste, notamment.

Un autre adolescent, âgé de 17 ans, a été relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

Le jeune de 16 ans, qui se présente sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de "Tylers Swatting", avait été interpellé lundi dans la Marne.

Il a reconnu lors de sa garde à vue être l'un des auteurs du canular, selon une source policière. Le parquet avait requis son placement sous contrôle judiciaire assorti d'un placement en foyer éducatif.

Le mineur de 14 ans a été arrêté mardi en Lozère. Le parquet a requis à son encontre une mesure éducative assortie d'un placement au sein d'un foyer éducatif. Le placement sous contrôle judiciaire est en effet impossible pour un mineur de cet âge dans le cas présent.

L'Etat se constituera partie civile dans le cadre de cette information judiciaire pour obtenir réparation du préjudice subi, a fait savoir le ministre de l'Intérieur.

La diffusion d'une fausse information dans le but de faire croire à une attaque terroriste est passible de deux ans de prison et de 30.000 euros d'amende.

(Chine Labbé et Gérard Bon, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sense78 il y a 8 mois

    Non seulement l'état n'obtiendra aucune réparation du préjudice subi (le demandera-t-il seulement?) mais il devra supporter le coût de la prise en charge en centre "éducatif", des procédures administratives et judiciaires, des avocats, des'associations...