Deux fois moins de poissons dans les océans qu'en 1970

le
5
DEUX FOIS MOINS DE POISSONS DANS LES OCÉANS QU'EN 1970
DEUX FOIS MOINS DE POISSONS DANS LES OCÉANS QU'EN 1970

OSLO (Reuters) - Les stocks de poissons dans les océans ont diminué de moitié depuis 1970, en raison notamment de la surpêche, et les océans sont désormais "au bord de l'effondrement", estiment les organisations écologistes WWF et ZSL.

La population de certains poissons comme le groupe comprenant thon, maquereau et bonite, ont même régressé de près de 75% dans le même temps, selon un rapport du WWF et de la Zoological Society of London (ZSL) publié mercredi.

Marco Lambertini, directeur général de WWF International, a déclaré à Reuters que la gestion anarchique des stocks de pêche plaçait "les océans au bord de l'effondrement".

"On assiste à un déclin massif, massif pour des espèces qui sont essentielles" à la fois à l'écosystème des océans et à la sécurité alimentaire de milliards de personnes, dit-il. "L'océan a des capacités à se reconstituer, mais il y a des limites".

Selon ce rapport, les populations totales de poissons, de mammifères marins, d'oiseaux de mer et de reptiles ont diminué de 49% de 1970 à 2012. Pour les poissons seuls, la diminution est de 50%.

Le rapport se fonde sur l'étude de 5.829 populations de 1.234 espèces comme les phoques, les tortues de mer, les dauphins et les requins. Les données obtenues par le ZSL sont près de deux fois plus amples que lors d'études faites par le passé.

"Ce rapport donne à comprendre que l'on a perdu des milliards d'animaux dans les océans du globe durant ma seule vie", a déclaré Ken Norrois, directeur scientifique au ZSL. "C'est un legs terrible et dangereux que nous faisons à nos petits-enfants."

Les dégâts subis par les récifs coralliens et les mangroves, qui servent de pouponnières à nombre de poissons, ajoutent aux problèmes provoqués par la surpêche. Le développement des côtes, la pollution et les changements climatiques, qui font monter la température moyenne des eaux et les rendent plus acides, sont d'autres facteurs acculant les océans vers un désastre.

Interdire la pêche dans certaines zones et réprimer la pêche clandestine permettent aux stocks de se reconstituer, fait remarquer Marco Lambertini. Certaines zones, comme au large des îles Fidji, ont récupéré grâce à un renforcement des mesures de protection.

(Alister Doyle, Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • indyta le mercredi 16 sept 2015 à 16:21

    bah voila un bon truc a bosser,pour nos elus...de France, de Navarre, et d ailleurs.quand on aura plus rien a becqueter..on pourra toujours faire des lois sur les rond points....

  • nayara10 le mercredi 16 sept 2015 à 15:48

    La pollution par les cultures intensives qui ont commencées dans les années 70 !...Désolé ,mais dans ce cas ,on entend pas les troupes écologistes !!!.Elles ont déjà pris une gamelle avec les tracteurs!!!!...

  • 11246605 le mercredi 16 sept 2015 à 15:32

    Effectivement pademaug, la mer se meurt et personne ne s'en préoccupe. Et comme d'habitude les décisions seront prises trop tard. mais où sont EELV ou La Royale ?

  • pademaug le mercredi 16 sept 2015 à 15:05

    ca devrait etre l'article le plus commente du jour, mais non... Les gens sont plus interesses par les paroles d'un quelconque pantin de bureau, voire par les dernieres frasques de Nabila... Le pire: le gouvernement subventionne le massacre avec nos impot: la peche en France n'est aps rentable... On a vraiment tout compris...

  • Mooogli le mercredi 16 sept 2015 à 15:03

    Les pêcheurs ramènent à la fin de leur journée de pêche 6% seulement des prises que ramenaient ceux d'il y a 50 ans, avec un matériel nettement plus perfectionné.On va dans le mur tellement vite que j'ai peur pour le mur ...