Deux enquêtes lancées sur la rétention d'enfants à Roissy

le , mis à jour à 18:08
1
DEUX ENQUÊTES LANCÉES SUR LA RÉTENTION D'ENFANTS À ROISSY
DEUX ENQUÊTES LANCÉES SUR LA RÉTENTION D'ENFANTS À ROISSY

PARIS (Reuters) - Le Défenseur des droits Jacques Toubon a annoncé vendredi avoir ouvert deux enquêtes sur les circonstances de la mise en rétention de deux fillettes de trois ans et demi et six ans, pendant plusieurs jours, à l'aéroport de Roissy.

La première, une Ivoirienne, a passé cinq jours dans la "Zone d'attente pour personnes en instance" de l'aérogare, sans son père dont elle a été séparée à son arrivée, et n'a été libérée mercredi que sur décision du Juge des libertés et de la détention de Bobigny (Seine-Saint-Denis), selon le Réseau Education sans frontières.

La seconde, une Française qui vit au Cameroun, a passé quatre jours dans ce secteur où sont placés les migrants sans-papiers qui ne sont pas admis directement à entrer en France.

Elle voyageait seule et les policiers ont émis des doutes sur la nature de son passeport.

Le Défenseur des droits est intervenu dans le cas de la première et "poursuit son enquête sur les circonstances d'une retenue qui paraît anormale".

"S'agissant de la jeune Andréane de nationalité française, le Défenseur des droits n'a pas été saisi par les personnes concernées. Il s'est saisi d'office dès qu'il a eu connaissance des faits", dit le communiqué.

Le ministère de l'Intérieur a fait savoir vendredi que "le passeport de la petite fille sera[it] rendu à la mère lorsque les enquêteurs auront la certitude qu'il n'y a pas eu de fraude".

Il souligne en outre que Bernard Cazeneuve "a donné (...) des consignes aux services concernés de faire en sorte que les vérifications soient menées dans les délais les plus courts, notamment lorsqu'il s'agit de jeunes enfants".

Il assure enfin que les enfants sont accueillis dans une structure adaptée, avec du personnel qualifié, "en l'espèce de la Croix-Rouge, afin de rendre le séjour de l'enfant le plus serein possible".

Le Défenseur des droit avait recommandé en novembre dernier "la fin des privations de liberté à la frontière pour tous les mineurs isolés" et l'autorisation d'entrée sur le territoire en vue d'un placement. Il dit avoir l'intention de reformuler cette demande dans le cadre de la loi sur l'asile.

Il a également demandé, cette semaine, qu'il soit interdit par la loi de placer les enfants de migrants en rétention.

(Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le vendredi 12 juin 2015 à 17:46

    2 enquètes rien que cela. Mais pour les migrants qui envahissent l'europe: pas grave.