Deux djihadistes présumés morts dans l'assaut de Saint-Denis

le , mis à jour à 08:14
0
DEUX DJIHADISTRS PRÉSUMÉS TUÉS DANS UN ASSAUT DE LA POLICE À SAINT-DENIS
DEUX DJIHADISTRS PRÉSUMÉS TUÉS DANS UN ASSAUT DE LA POLICE À SAINT-DENIS

par Emmanuel Jarry

SAINT-DENIS, Seine-Saint-Denis - (Reuters) - Deux djihadistes présumés ont été tués mercredi dans un assaut de la police contre un appartement de Saint-Denis où les enquêteurs ciblaient Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats de Paris, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

"Deux terroristes ont été tués au cours des premiers affrontements et un autre a été interpellé", a déclaré à Reuters cette source. "Parmi les deux tués, il y a une probabilité pour qu'une femme se soit fait exploser."

"L'opération est toujours en cours pour interpeller ou neutraliser peut-être deux autres personnes", ajoute-t-elle.

Selon cette source, trois policiers et un voisin ont été légèrement blessés au cours des échanges de tirs dans une opération menée après les attentats qui ont fait 129 morts.

La présence d'Abdelhamid Abaaoud dans l'immeuble situé près du Stade de France, aux abords duquel trois kamikazes se sont fait sauter vendredi dernier, n'est pas certaine.

"C'est l'hypothèse de départ mais l'opération est en cours, il n'y a pas confirmation de sa présence", a déclaré une source judiciaire.

Des échanges de tirs nourris ont débuté vers 04h30. L'opération était toujours en cours et de nouveaux tirs et explosions ont été entendus peu avant 7h30.

L'endroit où a eu lieu la fusillade est proche de la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France, et est situé à environ un kilomètre du Stade de France.

Les autorités ont appelé les habitants du quartier à ne pas sortir de chez eux et les transports en commun, dont le métro, ont été suspendus dans le centre de Saint-Denis.

Deux des auteurs présumés des attaques de vendredi sont activement recherchés, Salah Abdeslam et un second homme encore non identifié. Tous deux étaient dans la Seat noire utilisée pour attaquer des terrasses de bars et de restaurants dans le 11e arrondissement de la capitale.

ABAAOUD, FIGURE DE DAECH

Le Belge Abdelhamid Abaaoud est une figure de l'Etat islamique (EI) connue des justices française et belge.

Selon une source proche du dossier en France, cet homme de 27 ans d'origine marocaine serait à l'origine de plusieurs attentats ou projets d'attaques en Europe.

La presse belge a évoqué son nom pour la première fois en janvier dernier, le présentant comme la tête pensante d'un groupe de djihadistes projetant des attentats en Belgique.

Cette cellule avait été la cible d'une vaste opération antiterroriste, au cours de laquelle deux djihadistes présumés avaient été tués à Verviers, dans l'est de la Belgique, une semaine après les attentats contre la rédaction de Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris.

Dans son édition de février, Dabik, magazine en ligne anglophone de Daech, publiait une interview présentée comme étant celle d'Abou Omar al Baljiki ("le Belge"), nom de combattant d'Abdelhamid Abaaoud, soi-disant accordée à son retour en Syrie.

Il se vante alors d'avoir réussi à gagner la Belgique pour y organiser des attaques et d'être ensuite parvenu à tromper les services de renseignement occidentaux pour retourner en Syrie.

Véritable rouage de la propagande de Daech, il apparaît également sur une vidéo postée en mars 2014 le montrant au volant d'un véhicule traînant les cadavres de victimes de l'EI.

Cette homme originaire du quartier bruxellois de Molenbeek, épicentre de l'islamisme radical en Belgique, est un ancien membre du groupe salafiste radical Sharia4Belgium.

Le procès de 46 membres de ce mouvement a débouché en février dernier sur la condamnation de son leader Fouad Belkacem à 12 ans de prison pour avoir organisé des filières de départ vers les pays du djihad comme la Syrie ou l'Irak.

Abdelhamid Abaaoud a également défrayé la chronique en Belgique pour avoir entraîné son jeune frère Younès, âgé aujourd'hui de 13 ans selon sa famille interrogée par les médias belges, à rejoindre les rangs de Daech.

(Avec Nicolas Bertin, Tangi Salaün, Dominique Rodriguez et Antony Paone à Saint-Denis, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant