Des traces d'ADN retrouvées dans l'affaire Omar Raddad

le , mis à jour à 20:16
1
DES TRACES D'ADN RETROUVÉES DANS L'AFFAIRE OMAR RADDAD
DES TRACES D'ADN RETROUVÉES DANS L'AFFAIRE OMAR RADDAD

NICE (Reuters) - Des traces d'ADN ont été retrouvées dans le cadre de l'affaire Omar Raddad, le jardinier marocain condamné en 1991 pour le meurtre de sa patronne Ghislaine Marchal, crime dont il se dit innocent, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Cette nouvelle expertise a été réalisée à la demande de l'avocate d'Omar Raddad, Me Sylvie Noachovitch, qui s'appuie sur une loi de 2014 assouplissant les conditions de révision d'un procès.

"Des investigations ont été menées sur trois pièces de scellés, dont les portes sur lesquelles a été tracé avec du sang 'Omar m'a tuer'", a dit à Reuters le procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre.

"Des traces ADN ont été repérées avec la technologie d'aujourd'hui", a-t-il ajouté, précisant qu'elles pouvaient "appartenir aux protagonistes, à des personnes qui ont manipulé ces scellés" ou être dues à une pollution.

"L'intérêt est maintenant de tenter de déterminer à qui elles appartiennent".

Le magistrat a cependant invité à la prudence. "C'est normal qu'il y ait des traces car ces pièces ont été manipulées", a-t-il dit, ajoutant que les résultats devraient être connus "dans quelques semaines ou quelques mois".

La justice a refusé en 2002 un nouveau procès à Omar Raddad, qui a bénéficié d'une libération conditionnelle le 4 septembre 1998, après une grâce présidentielle partielle accordée par Jacques Chirac.

"J'ai été gracié mais je n'ai pas été innocenté. Je veux être réhabilité. Je suis libre physiquement mais dans ma tête je suis toujours en prison", avait déclaré Omar Raddad en 2010 au Journal du dimanche, peu avant la sortie du film "Omar m'a tuer" de Roschdy Zem.

Ghislaine Marchal avait été retrouvée assassinée dans sa cave en 1991 avec cette phrase écrite sur une porte en lettres de sang: "Omar m'a tuer".

(Matthias Galante, édité par Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MAXDEG le jeudi 5 nov 2015 à 22:17

    "appartenir aux protagonistes, à des personnes qui ont manipulé ces scellés" ou être dues à une pollution."... tout est dit...