Des scooters électriques en libre service à Paris dès mardi

le
0

Une centaine de deux-roues blancs électriques doivent être éparpillés dans les rues de la capitale pour être loués dès demain, mardi. Un service de location géré par Cityscoot accessible à toute personne majeure.

Métro, bus, Vélib', Autolib'... Un nouveau mode de transport fait son apparition dès mardi à Paris: le scooter électrique. Grâce au service de location Cityscoot, les Franciliens pourront désormais recourir au deux-roues sept jours sur sept, de 7 heures à 23 heures. Dans un premier temps, 150 scooters blancs seront déployés dans la capitale, pour un objectif d'un millier de véhicules, d'ici mars 2017.

Son fonctionnement repose sur une application mobile, qui permet de géolocaliser les deux-roues. Pour le réserver, pas besoin de clé: un code à quatre chiffres est fourni pour déverrouiller le scooter. Côté sécurité, un casque est mis à disposition des usagers, et l'assurance est souscrite par le service de location. La start-up française balaye le risque de tomber en panne. «Vous n'aurez jamais à vous soucier de brancher un scooter… Cityscoot s'occupe de tout, et prend en charge la recharge», assure la société sur son site internet.

Un tarif de base à 0,28€ la minute

Bridés à 45 km/h, ces scooters doivent être restitués dans une zone pour l'instant limitée au tiers de la superficie de Paris, qui sera étendue progressivement. Le prix? Le tarif de base est de 0,28 euro la minute, mais la société Cityscoot propose deux offres. Le pack CityRider100 coûte 25 euros, et est valable pour 100 minutes (soit un peu plus d'une heure et demi). Le second, CityRider500, est valable 500 minutes (soit plus de huit heures d'utilisation) pour un montant de 100 euros.

Avant de pouvoir prendre en main le fameux scooter électrique, l'utilisateur doit remplir plusieurs conditions. Il doit être majeur. Pour les personnes nées avant le 1er janvier 1988, aucun permis spécifique ne sera exigé. En revanche, les utilisateurs nés après le 31 décembre 1987 doivent, impérativement, être titulaire d'un permis de conduire français de type A.

Les voitures immatriculées avant 1997 bientôt exclues de la capitale

«A partir de 400 ou 500 scooters, aux alentours de novembre, on couvrira tout Paris», assure Bertrand Fleurose, président et fondateur de Cityscoot. Il entend s'étendre «parallèlement dans des grandes villes de province et d'Europe». La start-up française a pu compter jusqu'à présent sur le soutien moral de la mairie de Paris, qui s'était dite prête à renoncer à son propre projet, baptisé Scootlib, en cas de succès de Cityscoot. La société espère donc boucler rapidement une levée de fonds couvrant les millions d'euros dépensés pour développer sa technologie et, surtout, acheter des centaines de scooters. A titre indicatif, Autolib', dont l'exploitation a été confiée à l'industriel Bolloré, est encore loin d'être rentable, cinq ans après son lancement. En 2014, le service a réduit de moitié sa perte nette annuelle à 23,7 millions d'euros en 2014, mais il réalisait encore 35 millions de perte d'exploitation, selon le dernier rapport annuel d'Autolib'Métropole

Ce nouveau mode de transport vert intervient alors que la maire de Paris Anne Hidalgo, développe le plan antipollution, qui entrera progressivement en vigueur jusqu'en 2020. Dès le 1er juillet prochain, les véhicules immatriculés avant 1997 ne pourront plus circuler dans les rues de Paris. A partir du 1er octobre, les propriétaires de ces véhicules risqueront une amende de 35 euros, en cas d'infraction.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant